• Depuis sa naissance Big Brother a des problèmes d’eczéma.

    On a essayé diverses crèmes pour hydrater sa peau, on en a supprimé aussi pas mal suite à la découverte de produits peu recommandables dedans.

    En hiver, les plaques d’eczéma sont encore plus présentes surtout au niveau des fesses. Je ne vous mets pas de photos car c’est son intimité mais en gros ça lui fait une sorte de seconde peau rouge et sèche sur les fesses. Et ça le démange régulièrement.

    Dans ces moments, seule une crème à la cortisone parvient à apaiser les démangeaisons et enlever cette « croûte » afin de pouvoir de nouveau hydrater sa peau.

    Autant vous dire que je ne suis pas fan de cette crème, surtout à cet endroit.

    J’ai donc cherché une alternative plus saine et je suis tombée sur le site de Dooderm.

    Dooderm est une enseigne française (de ma région en plus, les Hauts de France) qui travaille au quotidien pour apporter confort et bien-être aux peaux les plus sensibles.

    Les vêtements créés combinent le fil d’argent (aux vertus anti-bactériennes) et le coton peigné au toucher soyeux.

    Les propriétés anti-bactériennes de chaque vêtement sont garanties par un laboratoire de contrôle certifié.

    Et vous en trouvez bien évidemment pour chaque partie du corps.

    Après quelques mois d’essai du boxer enfant pour Big Brother, force est de constater que sa peau est réellement apaisée.

    Le fil des peaux sensibles

    Elle est moins rouge, plus douce et nous avons pu supprimer la crème à la cortisone ce qui est non négligeable. 

    En plus il est tout fier d’avoir un boxer magique de grand. Il a bien compris que ce boxer était différent des autres vêtements car il l'apaise.

    Il ne le porte pas tous les jours (avec un seul boxer ça ne serait pas hygiénique !) et pourtant entre deux lavages, la plaque d’eczéma ne se reforme pas. 

    Les lessives tournent régulièrement à la maison donc il le porte en moyenne deux à trois fois par semaine et c’est un réel confort pour lui.

    Et moi ça me rassure car on évite les crèmes trop fortes pour sa peau déjà fragile.

    On ne va pas être langue de bois, le tarif peu sembler excessif mais quand on voit le confort que ça apporte réellement c’est un investissement très rentable et nécessaire pour les personnes à la peau fragile.

    Il serait même bien que la sécurité sociale se penche sur un remboursement de cette méthode révolutionnaire et surtout bien plus saine pour les assurés.


    2 commentaires
  • Comme vous le savez, depuis le mois d'octobre je suis en arrêt maladie pour différents problèmes de dos ; sciatique, hernie discale, discopathie dégénérative et quelques autres joyeusetés...

    J'ai passé une radio, un scanner et un IRM, j'ai vu un rhumatologue et jeudi je fais une infiltration sous scanner.

    Il n'y a rien de grave à tout ça et je ne cherche pas à me plaindre, loin de là, il y a bien pire ailleurs !

    Mais je m'aperçois que depuis le début, une chose étrange trotte dans ma tête, ai-je vraiment mal ou est-ce psychologique ?

    La première fois que je suis allée voir le médecin pour lui en parler, la douleur était déjà présente depuis quelques temps mais je suis régulièrement embêtée par mon dos donc j'avoue ne pas y avoir prêté attention. Je pensais que lui non plus.

    Et puis les arrêts et les examens se sont enchaînés mais toujours avec ce doute que cette douleur n'est que dans ma tête. D'ailleurs, elle fait tellement partie de mon quotidien que c'est souvent plus une gêne qu'une douleur.

    Elle s'accentue par moments, souvent même, mais elle est toujours présente comme une musique d'ambiance, une musique de fond. On sait qu'elle est là, on l'entend quand on y prête attention mais la plupart du temps on l'ignore. 

    A chaque rencontre d'un nouveau praticien, j'ai la crainte qu'il me dise "Mais madame vous n'avez rien du tout !".

    Imaginez mon état quand j'ai été convoquée par la CPAM afin de vérifier si mon arrêt était justifié ou pas. Je me voyais déjà reprendre le travail, sans changement et avec cette étiquette de menteuse ou de simulatrice.

    J'ai d'ailleurs presque été étonnée quand le médecin a considéré mon arrêt justifié et m'a dit de prévoir un nouveau rendez-vous avec la rhumatologue afin de programmer une seconde infiltration au besoin, voire une opération.

    Je n'invente donc pas ??

    Le mal de dos ne se voit pas forcément et même quand ça se voit, on peut facilement être taxé de menteur. On voit juste la personne ayant du mal à se redresser ou à marcher, mais n'importe qui peut faire semblant non ?

    Mais pourquoi je vous parle de tout ça aujourd'hui ? Tout simplement parce que cette nuit j'ai eu une révélation. 

    Et si je ne croyais pas à ma douleur car on a souvent renié mes émotions et mis ma parole en doute ?

    Ce n'est pas un secret, je manque de confiance en moi (même si j'ai beaucoup progressé dans ce domaine) et je réalise que ce manque de confiance se traduit également par ce doute.

    J'ai si peu confiance en moi que je me demande moi-même si je ne simule pas, si je n'en rajoute pas. 

    J'ai toujours eu l'habitude de prendre sur moi, au départ parce qu'on me demandait de le faire et finalement parce que c'était une habitude ou un besoin (de contrôle ?).

    Et vous savez ce qu'on dit des habitudes ? Elles sont difficiles à chasser.

    Ce matin, j'ai eu ma première séance chez le kiné et il m'a dit qu'il n'osait pas trop appuyer car il sentait les contractures sous la peau. 

    Je n'ai pas pu m'empêcher de me retourner pour lui demander "C'est vrai, vous le sentez ?".

    Ma douleur et moi on chemine ensemble depuis tellement longtemps (2012) qu'elle fait partie de moi. Je rêve de m'en séparer mais après tout, il suffit peut-être juste de ne plus y penser...

    Je n'arrive pas vraiment à changer ma mentalité sur ce point et c'est probablement pour ça que je culpabilise autant et que je me questionne sur le bien fondé de mon arrêt.

    Mais une chose est sûre, je ne veux pas que mes enfants deviennent comme moi et je m’efforcerais de continuer à respecter au mieux leurs douleurs et leurs paroles. 

    Ce n'est pas toujours évident, la patience est plus ou moins présente pour aider à un accompagnement sain et respectueux, mais c'est primordial à mon sens.

    En ne sachant pas reconnaître / exprimer / accepter sa douleur, on risque de passer à côté de quelque chose et sans cette angoisse je n'aurais sûrement pas consulté de nouveau.

    Et je ne souhaite pour rien au monde que mes enfants vivent la même chose. Je veux qu'ils aient confiance en moi mais avant tout en eux et en ce qu'ils ressentent et je ne peux pas leur apporter cette confiance à 100% si j'en manque moi-même.

    Alors, je me ressource en eux, en les voyant si forts et si fiers d'eux, je me dis que si ils peuvent y parvenir je le peux également.  

    La douleur

    Crédit Photo

     


    4 commentaires
  • Les clés du passé, les clés pour avancer

    Je me décide enfin à vous parler du fameux livre Les clés du passé de Noémie de Saint-Sernin. J'ai mis du temps à le lire et à me l'approprier mais c'est plutôt bon signe chez moi.

    Cela prouve à quel point ce livre m'a parlée, touchée et remuée. 

    Je me suis souvent reconnue dans le vécu et les propos de Noémie et j'ai développé une véritable admiration pour elle car elle a su avancer et poser ses bagages, tout laisser derrière elle pour s'en faire une force et une bienveillance à toute épreuve.

    Et en plus de ça, elle a décidé de partager tout ce qu'elle a appris, tout ce qui lui a été utile pour avancer avec nous ! Au sein d'un livre mais aussi par le biais de conférences, vidéos, webinaires et pages facebook (D'amour et de parentalité et Noémie de Saint-Sernin).

    Quand je pense à cette auteure, je pense forcément au partage car c'est réellement ce qui la définit selon moi, ce qui se dégage de sa démarche.

    Dans ce livre, Noémie nous délire 4 clés primordiale pour se détacher de son passé et prendre son envol vers une vie plus sereine :

    • Prendre sa vie en main
    • Oser le bonheur
    • Pardonner pour se libérer
    • Apprendre à s'aimer

     

    Je ne vais pas vous détailler d'avantage ces clés car je n'ai pas le talent de l'auteure et ça serait dévoiler tout le livre.

    Mais ce qui est vraiment intéressant, c'est qu'il est sans jugement aucun et bourré d'exercices à faire afin de poser les choses. Car on a beau savoir ce qui ne va pas dans nos comportements, ça prend une toute autre dimension quand on pose les choses par écrit, qu'on y réfléchit sous un angle particulier, un œil nouveau.

    J'ai également beaucoup apprécié le fait que l'auteure nous fasse regarder les choses en face, sans critique, avec juste la volonté de nous aider à avancer. Car pour avancer, il faut reconnaître et admettre beaucoup de vérités.

    Et c'est en ça que la lecture m'a parfois freinée, car c'était tellement vrai, trop vrai.

    Alors j'ai encore beaucoup de travail à faire sur moi-même évidemment, j'ai toujours du mal avec le fait de pardonner mais je sais que ce livre m'a aidée et m'aidera encore car il est devenu mon livre officiel de chevet, ou plutôt mon livre de cheminement.

    Ça serait vous mentir que de vous dire qu'il a réussi à résoudre tous mes problèmes mais en revanche, j'ai compris qu'il détenait les clés et qu'en le lisant et en faisant les exercices à plusieurs reprises, je finirai par trouver ce qui "bloque" en moi et ce qui m'empêche d'être celle que je souhaite.

     


    votre commentaire
  • Je ne suis pas un modèle

    Quand on choisit de s’exprimer sur le net au travers d’un blog et / ou des réseaux sociaux, on s’expose surtout au regard des autres et à leur jugement.

    Si la plupart des échanges sont assez cordiaux, je m’aperçois de plus en plus que certains en profitent pour juger sous couvert de donner leur avis ou d’exprimer leur opinion.

    J’ai d’ailleurs souvent envie de leur répondre qu’ils ne sont pas aussi subtils qu’ils le pensent. Que derrière leur apparente neutralité, on le sent bien le jugement dégoulinant de « je vaux mieux que toi ».

    Alors spoiler alerte, votre avis, si je ne vous le demande pas, je m’en fiche royalement !

    Et votre jugement n’en parlons même pas ! Je me contenterai juste de dire que, à mon sens, le jugement est souvent une condamnation et revient donc à un manque d’ouverture d’esprit.

    Je suis le genre de personne qui ne donne son avis que quand on le lui demande et surtout, j'insiste sur le fait que ce n'est que MON avis et qu'il n'engage que MOI. Et ce qui me correspond ne convient pas forcément à d'autres personnes et c'est NORMAL.

    Nous sommes tous différents, donc c'est bien logique que certaines choses chez les autres nous paraissent incongrues mais sont-elles de mauvais choix pour autant ? Et quand bien même, en quoi cela nous regarde-t-il ?

    J'avoue que j'ai énormément de mal à comprendre l'intérêt qu'il y a à dénigrer les autres et leurs décisions. Qu'est-ce que ça apporte ? 

    A la personne qui reçoit les critiques, rien d'autre qu'un malaise si elle n'arrive pas à en faire fi. 

    Et à la personne qui critique ? Elle se sent mieux car elle a trouvé "pire" qu'elle, elle se donne bonne conscience en se disant qu'elle ne ferait jamais une telle chose ? Elle se sent valorisée ? Honnêtement, je ne comprend pas.  

    Je suis beaucoup de pages diverses, certaines publications me plaisent moins que d'autres, je ne suis pas d'accord avec toutes mais je ne commente pas pour autant. 

    Que sais-je de la vie de ces personnes à part ce qu'elles veulent bien en exposer ? Et surtout qui suis-je pour dire que c'est "mal" ou "inapproprié" ?

    Alors oui, je m'expose ici et sur les réseaux sociaux mais je ne prétends pas être un modèle car je ne le suis pas et je ne le serai jamais. Je ne cherche d'ailleurs pas à l'être. 

    Je suis MOI, bourrée de défauts et avec un grand besoin d'être rassurée et c'est pour ça que j'ai créé mon blog. 

    C'est peut-être égoïste ou narcissique, admettons, mais je l'ai fait pour trouver un exutoire et pour me sentir moins "seule" dans mon quotidien. Quand on s'aperçoit que d'autres personnes vivent la même chose que nous c'est tout de même rassurant. 

    Donc cessez de croire que je prêche la bonne parole car je ne prêche rien du tout et je n'exprime que MA parole, des idées qui me parlent, qui me correspondent et qui peuvent heurter la sensibilité d'autres personnes mais est-il nécessaire de me jeter au pilori pour autant ?

    Quand je lis "Vous vous exprimez sur internet alors faites attention à ce que vous dites !" j'ai juste envie de dire "WTF ??" Déjà pourquoi tant d'agressivité et je m'exprime en tant que petite personne du commun des mortels, pas en tant que spécialiste ou gourou comme j'ai pu l'entendre.

    Je n'impose rien, j'expose et ça c'est une nuance que beaucoup ont de mal à comprendre car eux-mêmes ne savent pas s'exprimer sans s'imposer. 

     


    votre commentaire
  • Je profite du RDV "Chut les enfants lisent" chez Devine qui vient bloguer pour vous parler non pas d'un livre mais de deux des Editions Lire Au Monde.

    Pourquoi les deux ? Tout simplement parce que pour moi, ils sont indissociables l'un de l'autre. Et puis c'est jour de soldes alors ça sera deux pour le prix d'un ! ^^

    Ces deux livres sont tout simplement des perles à avoir et à diffuser. 

    Ils sont beaux et doux, autant par leur texte que par leur graphisme. 

    Les Editions Lire au Monde

     

     

    Pas d'étiquettes s'il vous plaît !

     Comme son titre l'indique, ce livre s'adresse aux étiquettes que l'on a tendance à coller aux enfants, qu'elles soient positives ou négatives, elles risquent surtout de l'influencer et de le piéger dans ce rôle que nous lui attribuons.

    Attention, je ne critique pas, moi-même il m'arrive d'en coller à mes enfants par fatigue ou même en pensant bien faire, en pensant mettre des mots sur leurs caractéristiques. Mais qui se caractérise par un seul trait de caractère ??

    Ce livre permet donc d'aborder le sujet avec les enfants et de leur rappeler qu'ils ne sont juste qu'eux et personne d'autre et qu'ils ne sont surtout pas définis par les autres !

    Les Editions Lire au Monde

     

     

    Chez moi 

    Ce livre aborde un grand nombre de thèmes (le portage, le massage des bébés, les signes, le cododo...) tout en faisant un parallèle avec d'autres pays du monde. Parfois parce que ce sont les coutumes de ces pays, parfois juste pour la rime.

    Le texte est plein de poésie et de bienveillance, les dessins sont à tomber tant ils sont beaux et colorés.

    Il permet d'aborder le thème du monde avec les enfants tout en leur montrant que nous en faisons tous partie, que nous sommes tous liés par notre humanité.

     

    Ces deux livres m'ont littéralement bouleversée par leur beauté et les thèmes qu'ils abordent, les garçons en sont également fans. D'autant plus qu'ils ont eu la chance d'avoir une magnifique dédicace sur chacun. 


    votre commentaire