• Il y a quelques semaines, j'ai eu la chance de recevoir l'ourson thérapeutique de Béké Bobo à tester avec les garçons.

    Je vous avoue que j'étais plutôt sceptique, surtout quand on voit la liste de tous les maux qu'il est sensé apaiser.

    Mais en fait c'est quoi une peluche thérapeutique ?

    La peluche thérapeutique de Béké Bobo

    A première vue, on pourrait penser qu'il s'agit d'une bouillotte sèche classique. Une pochette remplie de céréales est présente dans l'ourson (qui est donc déhoussable et lavable), elle se passe au micro-onde pour apaiser les maux de ventre par exemple ou au congélateur comme alliée contre les coups.

    La peluche thérapeutique de Béké Bobo

    Mais la grande différence qu'il y a avec les bouillottes sèches, c'est que l'ourson thérapeutique dégage de l'humidité (chaude ou froide selon l'utilisation) et c'est elle qui soulage les maux.

    L'ourson existe d'ailleurs en différents formats afin de soulager les grands (douleurs lors de montée de lait) comme les petits.

    Celui que j'ai reçu, de petite taille, l'ourson sublime, est sans danger pour les enfants car très léger et reproduit la sensation d'une main rassurante posée sur l'enfant.

    Pourquoi c'est important ? Parce que quand vous avez comme moi un fils qui souffre d'affreuses douleurs de croissance et que seuls les massages de maman l'apaisent, vous êtes bien contents de trouver enfin un substitut pour vous remplacer tout en soulageant le petit bonhomme.

    Parce que oui, c'est surprenant, mais c'est vraiment efficace ! Alors que je n'arrivais pas à calmer Babyglu qui se remettait à hurler dès que j'enlevais ma main de sa jambe, avoir posé l'ourson dessus a permis de le soulager et de le laisser se rendormir paisiblement.

    D'ailleurs, il a a été reconnaissant avec l'ourson, que nous avons appelé "Bébé boko" (béké bobo c'était trop compliqué ^^) puisque je l'ai retrouvé en train de le câliner au moment du réveil.

    Big Brother a également testé l'ourson lors d'un mal de tête qui l'empêchait de s'endormir et celui-ci l'a suffisamment apaisé pour qu'il retrouve le sommeil. Il aime également qu'on lui chauffe pour qu'il s'endorme en le serrant contre lui.

    En conclusion

    Cet ourson est une agréable surprise et il a vraiment trouvé sa place au sein de la famille autant en tant que doudou réconfortant que dans la trousse à pharmacie.

    Il est devenu indispensable pour Bagyglu qui souffre encore trop régulièrement de douleurs de croissances, le seul des trois d'ailleurs. Et du coup il est également devenu indispensable pour moi car il me permet de m'éclipser de sa chambre un peu plus facilement. 

    Il ne remplace bien évidemment pas la présence d'une maman mais il est un réel allié pour soulager les douleurs.

    La peluche thérapeutique de Béké Bobo

     

     

     


    votre commentaire
  • Comme la plupart des enfants de ma génération j'ai été élevée aux contes de fée classiques, ceux de Perrault, des frères Grimm et Andersen entre autres.

    J'ai adoré ces histoires étant enfant comme j'ai adoré les étudier sous un autre angle en cours lors de mes études d'arts du spectacle. 

    Vous savez cet angle d'approche dont on entend souvent parler aujourd'hui, les vrais contes aux fins plutôt dramatiques et leur véritable sens. 

     

    Le père de Belle qui offre sa fille à une bête féroce après lui avoir arraché sa "fleur".

     

    La Belle au Bois dormant qui est violée par le prince pendant son sommeil.

     

    C'est tout de suite moins féerique n'est-ce-pas ?

    Heureusement, les versions qui ont bercé notre enfance étaient bien plus édulcorées.

    C'est pourquoi, en dépit de mes cours, j'ai tout naturellement voulu lire ces contes à mes enfants.

    Ce sont des classiques après tout et il me paraissait inconcevable qu'ils ne les connaissent pas. Jusqu'au jour où j'ai commencé à leur lire ces histoires au moment du coucher. 

     

    Le méchant loup du Chaperon Rouge qui est éventré, rempli de pierres et noyé.

     

    L'esclave d'Ali Baba qui ébouillante les voleurs avec de l'huile et poignarde leur chef.

     

    La méchante reine qui demande le coeur de Blanche-Neige.

     

    Les parents du Petit Poucet qui l'abandonnent à plusieurs reprises dans la forêt.

     

    D'accord ces histoires se terminent bien dans ces livres mais est-ce vraiment l'idéal avant de s'endormir ?

    Et est-ce vraiment sain quand on a des enfants hypersensibles et hyper-émotifs comme les miens ? 

    Big Brother est obsédé par la violence et la mort et ses frères et lui ont une forte angoisse de l'abandon. Je ne pense donc pas que ces lectures leur soient adaptées.

    Attention, je ne dis pas qu'il faut bannir les contes, je parle juste de ma propre expérience avec mes propres enfants.

    Connaissant leurs caractères, j'ai préféré supprimer les contes classiques de nos lectures pour privilégier des lectures plus riches et plus adaptées.

    Des lectures qui les aident à comprendre leurs émotions, qui les rassurent sur l'amour inaltérable de leurs parents et sur eux également.

    Je sais qu'ils ont un besoin énorme d'être rassurés et d'apprivoiser leurs émotions, de les comprendre afin de savoir composer avec et je ne pense pas que les contes apportent ce que je cherche à leur transmettre.

    Je sais bien qu'ils les étudieront à l'école et qu'ils en liront surement quand ils en choisiront à la bibliothèque mais à ce jour, je privilégie leur bien-être et, à mon sens, ça passe par d'autres types de lectures.

    Je crains que les contes ne favorisent certaines angoisses alors que les livres que je leur choisis vont plutôt dans le sens inverse (apaiser la colère, comprendre la peur du noir, déchiffrer les différentes émotions qui les assaillent...).

    Attention (bis), je n'empêche pas pour autant mes fils de regarder les grands classiques Disney qui reprennent les histoires de ces contes, je cherche juste à en limiter l'impact et à leur donner des lectures d'une autre dimension.

    Pourquoi j'ai supprimé les contes de nos lectures ?

    Crédit photo


    votre commentaire
  • Quand l'impuissance annihile la bienveillance

    Crédit photo

    Depuis quelques temps, je me sens de plus en plus frustrée par mon rôle de maman.

    Non pas par rapport à mes enfants car ils comptent plus que tout pour moi, mais plutôt par rapport à ce que je souhaite leur apporter.

    Après avoir consulté différents psychologues et spécialistes (ostéopathe, microkiné, sophrologue, hypnothérapeute) au cours de ces 13 dernières années, j'ai l'impression que rien ne peut m'aider à atténuer mon passé.

    J'ai vu des changements dans mon comportement. J'en ai longtemps voulu au monde entier pour tout ce qui m'était arrivé. Je n'étais qu'une boule de rage qui détruisait tout (et tous) sur son passage.

    Je ne suis plus cette personne, fort heureusement.

    Mais pour autant je n'arrive pas à me détacher de certaines parties de moi, celles qui sont probablement les pires et les plus nuisibles à ma famille.

    J'aimerais tant pouvoir déposer mon passé dans un trou avec toutes les émotions et réactions qui y sont liées, l'enterrer 6 pieds sous terre et être enfin libérée, définitivement.

    Je ne suis pas stupide, je sais que c'est impossible. Et pourtant je rêve de ne plus sentir ce poids sur mes épaules. 

    Et je pense que c'est d'autant plus difficile car j'étais parvenue à m'en séparer, j'étais parvenue à, non pas pardonner, mais passer au dessus.

    Je n'étais plus parasitée par ces souvenirs, j'en parlais sans problème et sans émotions. C'était réglé.

    Jusqu'au jour où j'ai eu mon premier enfant.

    Non pas vraiment jusqu'à ce jour en réalité, jusqu'au jour où j'ai réalisé qu'il ne suffisait pas d'aimer son enfant de l'avoir souhaité plus que tout pour ne pas perdre patience.

    Comme toutes les mamans sans enfants, j'étais une image d'Epinal.

    Pas de cris, une patience infinie et un instinct infaillible pour découvrir le moindre mal de mon chérubin.

    Autant vous dire que je n'étais pas MOI et surtout pas réelle.

    Je vous rassure j'ai revu mes exigences depuis. 

    Cependant, j'aimerais tant ne plus être influencée par mon passé.

    C'est un cercle vicieux qui s'est installé. Je souhaite me débarrasser de mon passé pour ne plus réagir de manière "réactionnelle" et non réfléchie, je n'y arrive pas donc je m'énerve. Et comme je m'énerve, je m'en veux de ne pas débarrasser de mon passé et vous connaissez la suite !

    C'est en ça que je suis frustrée. 

    Je souhaite le meilleur pour mes enfants mais je ne suis pas encore capable de leur apporter.

    Il est bien plus facile d'être bienveillant à l'écrit ou envers les autres qu'envers soi-même, et malheureusement mes enfants étant une partie indissociable de partie de moi ils en pâtissent. 

    Les panneaux ou les articles prônant la bienveillance que je partage régulièrement sur ma page, c'est autant pour vous les faire découvrir et parce que je suis convaincue de leur véracité, que pour les ancrer en moi. Pour qu'ils fassent leur chemin et détruisent enfant les automatismes de défenses.

    Je n'ai pas à me défendre de mes enfants. Mais mon corps se défend face à leur impulsivité, qui lui rappelle surement la sienne, et tant d'autres choses.

    J'ai souvent l'impression d'être une usurpatrice car je passe pour quelqu'un de bienveillant mais je ne le suis pas auprès de ceux qui en ont le plus besoin, du moins pas suffisamment ou pas autant que je le souhaiterais.

    Et j'en suis à un point où je me sens impuissante car je n'arrive ni à m'aider moi-même ni à trouver la personne ou la méthode qui parviendra à apaiser mes maux passés.

    Attention, je ne déprime pas et je ne souhaite pas me plaindre car ça n'a pas lieu d'être. Je fais juste une introspection car pour pouvoir m'aider il faut bien que je me regarde en face.


    2 commentaires
  • Je vous en avais parlé sur la page facebook, voici donc enfin ma présentation du superbe calendrier de l'avent de Balthazar par les éditions Hatier jeunesse

    Le calendrier de l'avent de Balthazar

    Déjà, le premier gros point positif, c'est qu'il est réutilisable chaque année puisqu'il est composé de 24 petits livres pour préparer Noël avec Balthazar et Pépin. 

    Le calendrier de l'avent de Balthazar

    Le calendrier de l'avent de Balthazar

    On y retrouve des explications sur les traditions, des recettes et des histoires, le tout étant assez court mais tellement agréable à lire en cette période.

    Ça met vraiment dans l'ambiance et ça permet d'instaurer un rituel, non seulement pour le décompte jusqu'à Noël mais aussi chaque année !

    Le calendrier de l'avent de Balthazar

    Et c'est ce côté perpétuel qui m'a vraiment plu. Je me projette déjà d'ici quelques années à relire les histoires que nous connaissons tous par cœur avec les garçons !

    On peut également tendre un joli ruban dans la maison et accrocher les petits livres chaque jour dessus afin de mieux visualiser l'arrivée du vieux barbu.

    Je suis vraiment plus que séduite par ce calendrier qui change de ceux remplis de chocolats ou de diverses marques de jouets à des prix qui dépassent l'entendement.

    Celui-ci au moins peut se ranger avec les décorations de Noël en attendant l'année suivante, une fois les fêtes terminées.


    votre commentaire
  • Il est peut-être un peu tôt pour parler de Noël mais je suis du genre prévoyante et ça me rassure de m'y prendre un peu à l'avance. 

    Cette année, après avoir utilisé les derniers rouleaux de papier cadeaux, j'ai décidé de ne plus en racheter afin de poursuivre ma démarche Zéro Déchet. Les jouets des enfants étant déjà plus que suremballés, ça n'empêchera pas la poubelle de déborder durant les fêtes !

    Alors oui, je pourrais leur acheter des jouets d'occasion ou sans emballage mais je ne suis pas encore prête à faire ce pas. J'achète des jouets d'occasion bien sûr mais pas pour Noël ou les anniversaires, à moins que ça soit vraiment un "gros truc" (comme un vélo par exemple).

    Comme je l'ai déjà dit, je ne veux pas pénaliser mes enfants à cause de ma démarche, je les laisse donc choisir les jouets qu'ils veulent (enfin une sélection parce que vu tout ce qu'ils veulent, je n'aurais pas même pas assez d'argent en vendant mes deux reins !!) et j'autorise les catalogues de jouets à entrer dans la maison, en dépit du "stop pub" installé sur la boîte aux lettres.

    Mais revenons-en à l'emballage des cadeaux, car qui dit plus de papier cadeaux, ne dit pas plus d'emballage.

    Non c'est impossible, la magie d'un cadeau c'est aussi de le découvrir et non pas de but en blanc. On reçoit le paquet mystère, on essaie de deviner ce qu'il contient, on le déballe, on l'observe avec les yeux remplis d'étoiles et on l'ouvre enfin !

    Alors comment conserver toute cette magie et cette poésie sans papier cadeaux ? C'est très simple, j'ai opté pour les hottes de Noël de Atelier 1987.

    Un Noël presque Zéro Déchet

    Elles sont 100% coton et se ferment avec un cordon et on dirait vraiment qu'elles viennent tout juste de tomber du traîneau du Père-Noël !

    Je trouve que ça donne un côté encore plus authentique aux fêtes tout en nous débarrassant des tonnes de papier cadeaux qu'on utilise juste pour les déchirer.

    Alors, certains diront que c'est un plaisir de déchirer le papier, et je ne dirai pas le contraire, mais c'est tout autant plaisant de découvrir une hotte à son attention (puisqu'elles sont personnalisables) et remplie de cadeaux.

    Un Noël presque Zéro Déchet

    C'est à mon sens la meilleure alternative vu que les furoshikis me paraissent trop compliqués à utiliser quand on a deux mains gauches comme moi he

    Et puis le gros plus qui a fait pencher mon cœur vers cette créatrice, c'est son authenticité et la douceur qui se dégage de son site et de ses créations.

    Vous l'aurez compris depuis le temps, je fonctionne au coup de cœur, car c'est très important que le produit que je souhaite me parle vraiment. Ça peut sembler stupide mais je trouve ça primordial, d'autant plus quand on a ce type de démarche.

     

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires