• J’avais décidé de ne pas vous parler de mon allaitement, parce que d’autres le font déjà bien mieux que moi et parce que, même si je trouve ça tout à fait naturel, c’est aussi quelque chose de personnel (pour moi en tout cas).

     

    Mes premiers allaitements s’étant passés sans encombre, j’étais très confiante et persuadée qu’il en serait de même pour celui-ci. 

     

    Les difficultés que j’avais rencontrées s’étaient limitées à une mauvaise position d’allaitement ou une mauvaise technique de succion, sans réel désagrément en contrepartie. 

     

    Mais cette fois c’était différent. Babyfae a vite compris comment téter, il a su positionner sa bouche correctement mais il ne prenait pas pour autant le sein correctement.

     

    Et malgré mon utilisation systématique de la lanoline, j’ai pu découvrir la « joie » des crevasses dès le deuxième jour d’allaitement.

     

    J’ai tout de même poursuivi jusqu’à en arriver à me raidir et me retenir de hurler quand Babyfae tétait le sein droit.

     

    En parallèle, les sages-femmes s’étaient aperçues qu’il avait perdu 10% de son poids et qu’il fallait donc insister d’avantage pour le nourrir et lui proposer des compléments.

     

    J’avais connu les compléments pour lancer l’allaitement des twinnies, et je l’avais mal vécu à l’époque. Mais comme j’avais ensuite réussi à les supprimer pour repasser à un allaitement exclusif, j’ai accepté sans souci pour Babyfae. Sachant que de toute façon je risquais de ne pas sortir à la date prévue si je refusais.

     

    J’ai également demandé un tire-lait afin de préserver le sein crevassé tout en le stimulant.

     

    J’ai passé la nuit du 3ieme au 4ieme jour à allaiter Babyfae puis à tenter de tirer mon lait sans succès et en pleurs.

     

    J’ai donc dormi quelques heures à peine, en souffrant et sans voir de résultat concret. Les larmes n’arrivaient plus à se calmer, j’avais le visage bouffi, les yeux explosés, les seins qui saignent et un bébé qui ne tétait pas vraiment et surtout en me provoquant une douleur atroce.

     

    J’avais passé la nuit à réfléchir et à tout remettre en question et j’avais pris ma décision. Je ne me voyais pas continuer de souffrir pendant des semaines (le temps que les crevasses guérissent) tout en devant gérer les 3 aînés.

     

    J’ai donc prévenu les sages-femmes que j’arrêtais l’allaitement et que je ressortais avec des biberons. 

     

    Babyfae a eu son premier biberon dans la matinée et nous sommes sortis un peu après 12h. 

     

    Je sentais la montée de lait qui se mettait enfin en place mais comme mon problème d’allaitement ne venait pas de là, mais de la douleur à supporter, j’ai maintenu ma décision.

     

    Le dimanche de notre sortie, Babyfae a donc été nourri au biberon toute la journée. Et moi j’ai utilisé l’huile essentielle de menthe poivrée pour couper ma lactation.

     

    Vers 18h ce même jour, prise de température pour Caliboy : 39,8. Il est paf et se plaint de douleurs dans la jambe. J’ai donc pensé qu’il ne s’agissait que d’une poussée de croissance comme ça leur est déjà arrivé à tous les 3.

     

    Après plusieurs réveils difficiles dans la nuit et une température qui monte et que le doliprane ne fait pas baisser, Dad en Vrac a emmené notre malade chez le médecin. Verdict : « C’est une laryngite, c’est très contagieux et dangereux pour le bébé. » 

     

    J’avais déjà cogité toute la nuit en sentant le corps brûlant de Caliboy près de moi et la phrase du médecin a juste achevé de me convaincre.

     

    Je ne pouvais pas prendre le risque que Babyfae attrape la maladie de son frère alors que j’avais la meilleure protection à portée de main : mon lait. 

     

    J’ai donc repris l’allaitement, en faisant l’inverse de ce que j’avais fait la veille. Cette fois je carburais au galactogil, à l’homéopathie et aux tisanes d’allaitement afin de relancer la montée de lait que j’avais réussi à atténuer en une journée.

     

    J’ai tâtonné. J’ai souffert encore à cause des crevasses. Mais la peur des microbes m’a boostée.

     

    J’ai passé du temps sur le net à chercher des astuces et des remèdes anti-crevasses, et je n’ai pas hésité à continuer à donner des compléments à mon fils le temps de réussir à le nourrir seule correctement.

     

    J’ai trouvé des remèdes homéopathiques (arnica 5ch et phytolacca 5ch pour les crevasses et nitricum acidum pour les crevasses qui saignent le tout à raison de 5 granules 3 fois par jour), j'ai continué les applications de lanoline et de crème homeopathique au Castor Equi (recommandée par ma sage-femme).

     

     

    J’ai également parlé de mon échec avec le tire-lait avec la sage-femme qui m’a juste montré le bouton pour régler la puissance. Et oui, la fatigue m’avait tellement assommée que je n’avais même pas penser à vérifier les réglages !

     

    J’ai ainsi pu m’en faire un allier et stimuler réellement le sein le plus abîmé tout en le vidant.

    Les choses se sont donc peu à peu mises en place jusqu’à la nuit d’hier où j’ai découvert une boule douloureuse dans mon sein droit, le sein abîmé. 

     

    Impossible de le donner à Babyfae alors que les crevasses étaient presque parties. Il refusait de le téter car il était trop plein.

     

    Le matin j’ai donc passé une demi-heure à vider mon sein tout en appuyant sur la boule qui était en réalité un amas de lait qu’il fallait évacuer. 

     

    Verdict au moment de la tétée : bingo ! Babyfae a su le prendre sans souci.

     

    Pourquoi je vous raconte tout ça ? Sûrement pas pour vous faire culpabiliser. Je l’ai toujours dit l’allaitement est un choix personnel qui ne regarde que la maman.

     

    J’al personnellement vécu les témoignages ou photos d’allaitement des autres mamans comme des « agressions », des rappels de mon échec, de mon incapacité à donner le meilleur à mon fils. Ça avait marché pour elles mais pas pour moi. Pourquoi ?!

     

    Je ne voulais plus entendre parler d’allaitement alors pourquoi m’étaler dessus aujourd’hui ?

     

    Juste pour vous dire que toutes ces douleurs ne sont pas vaines et qu’elles peuvent être guéries. Que ça peut valoir le coup de s’accrocher car en étant bien entourée et en utilisant les bons remèdes on peut venir à bout des crevasses. Le tout étant de réussir à tenir jusqu’à la guérison et honnêtement je sais que c’est très difficile.

     

    Encore une fois je ne cherche pas à faire culpabiliser mais au contraire à donner de l’espoir aux mamans qui connaissent l’enfer des crevasses. On peut s’en sortir et au bout de quelques jours seulement (Babyfae a 10 jours aujourd’hui).

     

    Et on a aussi le droit d’abandonner soit définitivement soit pour mieux repartir. Si on regrette notre décision ou si les circonstances changent. Ce n’est pas définitif comme le font entendre les personnes qui nous entourent à la maternité. Il suffit juste de se faire confiance, de s’accorder le temps nécessaire et ça viendra.

     

    Concernant les compléments, on entend souvent que ça peut ruiner un allaitement, qu’il faut à tout prix éviter. Que ce n’est pas nécessaire. 

     

    J’ai vu 3 de mes fils maigrir de jour en jour en attendant la montée de lait. Même en tétant régulièrement la perte de poids ne s’arrêtait pas. Les 3 ont eu des compléments et ont ainsi pu se remplumer.

    Et pour les 3 ça ne m’a pas empêché de revenir ensuite rapidement à un allaitement exclusif, même en les ayant donnés au biberon.

     

    Je ne vous dis pas de le faire, je vous dis juste que les choses ne sont pas simplement toutes blanches ou toutes noires. Et il faut parfois savoir nuancer pour ne pas renoncer ou pour gagner en sérénité.

     

    J’en profite aussi pour vous faire part d’un constat sur la lanoline. Je pensais que toutes les lanolines bio se valaient. J’avais acheté la Dodie mais elle ne m’a pas empêchée d’avoir des crevasses, elle a juste réhydraté les mamelons après les tétées mais sans réellement les guérir. 

    À la fin du tube j’ai donc changé pour revenir à la Lansinoh que j’avais utilisée pour mes premiers allaitements et au bout d’une application les crevasses se résorbaient ! Je continue de l’utiliser systématiquement après chaque tétée et je n’ai plus rien après seulement 2 jours.

     

    Je ne sais pas si c’est juste cette lanoline ou avec l’effet combiné de l’homéopathie mais toujours est-il que c’est guéri. Et je précise que je ne suis pas sponsorisée, c’est un produit que j’ai acheté moi-même. Et je suis d’ailleurs convaincue que si j’avais échappé aux crevasses jusqu’à cet allaitement c’est grâce à cette lanoline en particulier. 


    1 commentaire
  • 4 consonnes et 3 voyelles...

     

    Depuis la naissance de Babyfae, vous êtes plusieurs à m'avoir demandé quel était son prénom. Je n'ai pas souhaité l'annoncer directement sur ma page facebook car il a une symbolique assez particulière pour moi.

    Dans cet article, je vous déjà avais expliqué le pourquoi du choix de Babyfae comme pseudo et le choix de son prénom prend racine dans cette même explication.

    Ce bébé que nous n'attendions pas, que nous n'étions pas sensé avoir, que nous ne pouvions pas avoir, a trouvé sa place au creux de mon ventre et désormais au sein de notre famille.

    J'ai toujours vu cette grossesse comme un cadeau et je reste persuadée que ce n'est pas un hasard, qu'il devait venir à notre rencontre et qu'il a énormément de choses à nous apporter.

    Alors quand nous avons commencé à chercher le prénom, je voulais au fond de moi qu'il représente toute la magie de son arrivée.

    Avec Dad en Vrac, nous n'étions d'accord que sur un prénom, prénom qui est d'ailleurs le deuxième d'Electroboy. Au bout du 4ième garçon, le choix est plus compliqué, surtout quand on souhaite un prénom classique et intemporel.

    J'ai tout de même épluché une tonne de sites avec des idées de prénoms afin d'être sûre que nous ne choisirions pas ce prénom par défaut.

    Au fur et à mesure de mes recherches, je me suis penchée sur la signification des prénoms et j'ai alors su que nous ne pouvions pas en choisir un autre.

    Dieu guérit 

    Rapha (guérit) El (Dieu)

    Raphaël

    Je pense que je n'ai pas besoin de vous détailler d'avantage pourquoi il lui va si bien.

    Je l'appelle mon guérisseur car depuis le jour où nous avons appris qu'il s'était invité dans mon ventre, il n'a eu de cesse de m'apprendre de nouvelles leçons de vie.

    Il m'a appris :

    - que rien n'est impossible et que la fatalité n'existe pas

    - que l'impatience ne sert à rien et que l'attente est toujours récompensée

    - à dépasser mes limites en terme de douleur

    - à savoir lâcher-prise afin de mieux repartir et de mieux réagir

    Et je me laisse guider car il est la preuve que tout peut arriver.


    votre commentaire
  • En ce moment, et depuis quelques temps en réalité, la vie à la maison est assez difficile.

    Bien que très différents, les garçons ont tous les 3 des caractères affirmés et assez opposants. Ce sont des enfants me direz-vous, ils testent les limites et cherchent à s’affirmer et c’est normal. Mais ça n’en est pas moins fatiguant.

    Big Brother est maladivement jaloux et a un besoin constant d’être le centre de l’attention. Il en arrive à frapper ses frères en douce, à les accuser de choses qu’ils n’ont pas faites et à se plaindre de leur présence en disant qu’il ne les supporte pas. 

    Évidemment je sais pertinemment que ça n’a pas été facile pour lui de passer de fils unique à aîné d’une fratrie de 3, tout ça à 2 ans à peine. Et le psy nous a également expliqué qu’avec ses angoisses il a un fort besoin de se sentir valorisé et exister par lui-même, seul et sans concurrence. 

    Mais ces comportements restent malgré tout inacceptables, d’autant plus qu’il n’obéit pas, nous répond et s’immisce dans la moindre de nos conversations, que ça soit entre adultes ou lorsque l’on dispute ses frères. Par contre, quand on s’adresse à lui, étrangement, il n’entend plus rien ou difficilement.

    Electroboy quand à lui enchaîne crises sur crises. Il ne supporte ni échec ni frustration (comme son aîné d’ailleurs) mais ne parvient pas à l’exprimer autrement qu’en hurlant, se jetant à terre ou nous criant dessus. Il refuse totalement d’obéir en nous répondant clairement « non » quand il est en crise et ne parvient pas à se calmer. Tout ça au rythme de 3 à 5 fois par jour avec des cris stridents semblables à ceux d’un nourrisson.

    Nous avons également fini par consulter le psy pour lui afin d’éliminer un quelconque trouble. Il nous a alors expliqué que Electroboy souffrait des mêmes angoisses que Big Brother, des angoisses archaïques. A ceci près qu’elles s’expriment différemment car il n'a pas appris à les extérioriser.

    En gros, jusqu’à 1 an le bébé a l’habitude que ses parents répondent rapidement à ses demandes puisqu’elles sont subsidiaires et angoissantes. En grandissant, les parents interviennent un peu moins vite et l’enfant apprend alors que même si il doit attendre, ses besoins seront comblés et qu’il n’a aucune raison d’angoisser. Les angoisses existent toujours mais il a appris à s'en détacher puisqu'il a été rassuré durant sa première année. (Je répète l’explication du psy).

    Electroboy n’a pas su passer ce cap, il a donc conservé toutes ces angoisses en lui et n'a pas appris à les extérioriser. Elles le rongent donc de l'intérieur puisqu'il ne sait pas les faire sortir, les rendre concrètes afin de les visualiser et ainsi pouvoir les éloigner.

    Pour l'aider, le psy s'est posé en tant qu'"angoisse vivante". L'idée étant de permettre à Electroboy de concrétiser ses angoisses en la personne du psy et ainsi de parvenir à s'en détacher. Elles seront toujours là mais plus uniquement à l'intérieur.

    Honnêtement, je ne suis pas convaincue par la méthode, bien que je vois qu'il craint le psy mais j'ai surtout l'impression de l'utiliser comme un croque-mitaine et je n'aime pas trop ça. Du coup, les crises continuent...

    Quand à Caliboy, c'est le moins difficile. Il n'obéit pas beaucoup mais il est plus sensible et a plutôt tendance à se mettre à pleurer quand on élève la voix ou qu'il est trop stressé. Mais il tient tout de même tête à force de voir ses frères en faire autant.

     

    En toute honnêteté, j'ai vraiment la sensation d'échouer dans leur éducation. Je crie, je menace, je perds patience bien trop souvent et je perds pieds. Je me perds et je les perds, je perds notre famille, je ne contrôle plus rien. 

    Alors quand j'entends régulièrement "Et en plus ce sont des garçons !" comme si il n'y avait plus rien à faire pour eux, ou comme si il fallait les "mater", les "dresser" tels des animaux en furie, ça me démoralise encore plus.

    Non pas que je crois que c'est pire car ce sont des garçons, si vous me connaissez un tant soit peu, vous avez bien compris que je trouve ce genre de remarque sexiste totalement stupide. Mais j'ai juste envie de leur prouver à quel point ils ont tort et je n'y arrive pas, pas encore, pas maintenant et j'ai peur de ne jamais y parvenir.

    J'ai peur d'avoir fait des enfants sans être capable de m'en occuper réellement, sans savoir les éduquer, en faire des hommes biens, respectueux et à l'écoute. Peur d'avoir le même profil que ma mère et d'être ce type de maman qui n'aurait jamais du avoir d'enfants. Peur d'être une génitrice et non une mère, ou alors une mère abandonnante et démissionnaire.

    Peur d'être une incapable, incapable de contenir mes pulsions, incapable de faire la différence entre mes enfants et mon enfant intérieur, incapable de guérir ma mémoire traumatique qui me rend si déviante par rapport à ce que je souhaiterais.

    J'aime mes enfants plus que tout au monde, je serais prête à tout pour eux, mais je ne peux que reconnaître que je ne suis pas un modèle moi-même et que j'ai peur de les détruire au lieu de les construire. 

    Et en plus ce sont des garçons

    Crédit photo


    2 commentaires
  • Je vous ai plusieurs fois présenté ce livre, Aider son enfant à bien vivre l'école dans des posts sur facebook et instagram et il est grand temps que je vous en parle plus en détail !

     

    Aider son enfant à bien vivre l'école

    Dans un premier temps, sachez qu'il ne s'adresse pas qu'aux enfants en difficultés en classe mais à tous les types de maux que nos enfants peuvent rencontrer au sein de l'école : la phobie scolaire, les troubles d'apprentissage, les angoisses diverses (peur de ne pas réussir, de ne pas être à la hauteur)...

    J'y ai donc retrouvé beaucoup de choses concernant Big Brother qui a peur de l'échec au point de se mettre seul des bâtons dans les roues.

    Et grâce à l'auteur, Bruno Humbeeck, qui est pssychopédagogue, j'ai également pu ouvrir les yeux sur mes réactions qui n'étaient pas toujours adaptées, même en pensant bien faire.

    Il délivre d'ailleurs beaucoup d'astuces afin d'aider à rectifier le tir et surtout à réconforter l'enfant et à lui donner confiance en lui, le tout sans accabler le parent pour autant.

    L'auteur fait également le tour des relations parents / enfants (dans le cadre scolaire) mais également enfants / enseignant et parents / enseignants car il faut bien reconnaître que chacun a son propre rôle à remplir et qu'il vaut mieux éviter d'interférer.

    Evidemment, quand les choses ne se passent pas correctement, il est naturel d'intervenir mais toujours en cherchant à comprendre d'où vient le problème. La discussion est toujours à privilégier dans un premier temps.

    Dans ce livre, j'ai particulièrement apprécié les derniers chapitres qui décrivent les attitudes parentales favorables en cas de phobie scolaire (et qui peuvent s'appliquer dans d'autres situations), ainsi que les phrases qui réparent et celles qui "tuent" aussi bien l'enfant que le parent. Aucun parent ne devrait accepter qu'une étiquette soit collée à son enfant telle que "Il n'est bon à rien, il n'y arrivera jamais". Cela vous semble peut-être évident, mais quand ça vient du corps enseignant, certains parents se sentent plus facilement démunis.

     

    En résumé, c'est un livre que je recommande à toute personne dont le ou les enfants rencontrent toutes sortes de difficultés scolaires car il est bourré d'astuces, permet d'ouvrir les yeux sur une situation pas impossible à dénouer et sur nos comportements parfois imparfaits. 


    votre commentaire
  • Vous vous en souvenez peut-être, il y a quelques semaines, je vous présentais les plats de La Popote Compagnie sur mes réseaux sociaux. 

    Maintenant que l'intégralité des plats reçus ont été dévorés par les garçons, je peux vous en parler plus en détail et vous donner notre avis dessus.

    Mais tout d'abord, il convient de vous présenter d'avantage la Popote Compagnie :

    "La Popote Compagnie est née de l'idée de 2 mamans actives, Selma et Marie-Line. Comme toutes maman, elles rêvent de produits qui soient à la fois bons, beaux et funs pour leurs enfants. Des produits qui leur fassent plaisir tout en répondant aux exigences des parents. 

    C’est en partant de ce constat qu’elles ont imaginé plusieurs recettes pour venir en aide aux parents, le soir venu, quand la journée a été chargée et que le temps manque ! Du vite-fait, bien fait, du bio, du bon, voilà ce qu’elles proposent ! Une solution saine pour éviter la solution « malbouffe ». 

    La Popote Compagnie, c’est une co-création entre 6 p’tits potes plein d’idées et la Chef Aurélie, pleine de talent. Ensemble, ils ont créé des recettes de boulettes, saucisses et nuggets autour du concept de ludo-nutrition®. Des recettes adaptées aux 3 ans et plus !"

     

    De là se pose la question, mais qu'est-ce que la ludo-nutrition® ?

    La Popote Compagnie

    Mais je pense que ce qui vous intéresse le plus dans tout ça c'est notre avis sur les fameux plats !

    Et bien, je peux vous assurer une chose c'est que les avis étaient unanimes ! 

    Les garçons ont pu tester les recettes suivantes, le tout sans additif ni conservateur, avec de la viande française de qualité supérieure, des légumes bio et avec un nutri-score de A :

    • Les boulettes d'Adam : du boeuf, des carottes et de la citronnelle
    • Les nuggets de Nino : du poulet, des carottes et du cumin
    • Les nuggets de Zoé : du poulet, des petits pois et de l'emmental
    • Les saucisses de Baptiste : du porc, du panais  et du curry
    • Les saucisses de Jade : du poulet, des aubergines et du thym

    Ce qui m'a surprise c'est qu'ils ont aimé tous les plats, même celui avec de la citronnelle, ce que je n'aurais jamais pensé à leur donner à manger, je vous l'avoue. 

    Ils n'ont pas critiqué une seule fois en disant que les nuggets ou les saucisses avaient un goût différent puisque le goût leur plaisait.

    Quand à moi, il m'a suffit de préparer un féculent en accompagnement et j'avais un repas sain et tout prêt sous la main, ce qui n'est pas du luxe surtout le soir.

    Le tarif peut paraître élevé car un plat coûte 4.90€ mais ce qu'il faut savoir c'est qu'avec un seul plat j'ai pu préparer le repas complet de mes 3 fils, donc tout de suite le tarif est bien réduit et vu la qualité, c'est plus que justifié. 

    J'espère que le concept va encore se développer afin de découvrir de nouveaux plats et j'en achèterai de temps en temps pour alléger mes soirées.

    Merci beaucoup à la Popote Compagnie pour cette merveilleuse idée de ludo-nutrition®


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires