• Ça ne vous a pas échappé, en ce moment il fait très chaud ! Ce n'est pas toujours évident d'occuper les enfants par cette chaleur, la piscine c'est bien mais chez nous elle n'est pas à l'ombre donc on attend la fin d'après-midi pour y aller. 

    Les garçons adorent jouer avec l'eau, je leur ai donc préparé une activité qui a déjà plusieurs fois fait ses preuves à la maison : des glaçons.

    Il faut sauver le soldat congelé

    Jusque là rien d'extraordinaire me direz-vous ! Mais dans ces glaçons j'y ai glissé des petits soldats qu'ils devaient délivrer à l'aide :

    • de sel (gros ou fin)
    • d'eau (froide et tiède)
    • de chiffon microfibre (qui aspire l'eau donc)

    Il faut sauver le soldat congelé

    Ils ont également adoré transvasé les glaçons en les attrapant avec :

    • une petite épuisette
    • une cuillère
    • une pince
    • un gobelet

    Il faut sauver le soldat congelé

    Et une fois que les glaçons étaient tous fondus, l'activité a pu se poursuivre avec le bain des soldats !

     Une activité ludique et rafraîchissante qui permet d'affronter ces chaleurs tout en s'amusant.

    Il faut sauver le soldat congelé


    votre commentaire
  • Cela fait quelques temps déjà que les serviettes hygiéniques et les tampons sont épinglés à cause des substances dangereuses qu'ils contiennent (perturbateurs endocriniens, pesticides, insecticides...) et les risques qu'ils peuvent provoquer (endométriose, choc toxique).

    Personnellement, depuis mes deux grossesses relativement rapprochées et mes allaitements, je n'en ai plus un grand besoin mais sachant désormais tout cela, j'aime autant éviter d'en utiliser d'avantage. Car bien évidemment j'en ai consommé pendant de nombreuses années avant ça.

    Après ma deuxième grossesse, j'ai fait le choix de poser un stérilet afin d'éviter une grossesse non désirée et surtout d'être tranquille. Ma gynéco m'a orientée vers le stérilet Miréna que j'ai porté 2 mois avant de lui demander de le retirer car je ne le supportais pas. Et surprise, aujourd'hui lui aussi est épinglé pour ses nombreux effets secondaires.

    Après le retrait du stérilet, j'ai choisi l'implant toujours pour cet aspect de tranquillité mais je vous avoue qu'aujourd'hui avec tout ce qu'on découvre chaque jour, je me pose la question de le garder ou pas car je crains qu'il soit le prochain sur la liste des produits toxiques pour les femmes.

    Tout ça pour en venir au fait que actuellement je ne suis réglée que très rarement mais quand c'est le cas, il faut bien faire le nécessaire et autant éviter tout ce qui est néfaste.

    C'est donc tout naturellement que je me suis orientée vers les serviettes hygiéniques lavables. 

    J'ai d'abord commandé à de petits créateurs sur A Little Market. Les motifs étaient jolis, les serviettes de belle qualité mais après les avoir utilisées je me suis aperçue de plusieurs désagréments.

    La partie absorbante de l'une des serviettes était recouverte d'une matière imperméable. L'idée est plutôt bonne car niveau nettoyage c'est pratique. En revanche à porter ça n'est pas vraiment agréable et au final ça limite la qualité d'absorption du tissu inférieur.

    Le deuxième lot que j'ai essayé était bien plus agréable à porter, le tissu absorbant étant recouvert de chanvre, je n'avais plus cette sensation de "plastique" désagréable. Par contre, au moment du nettoyage, j'ai bien détaché au savon avant et lavé à 40° en machine mais il restait quelques traces. Ce qui n'est pas super engageant pour les porter de nouveau ensuite. 

    Ne voulant pas rester sur un échec, je me suis alors orientée vers une boutique un peu plus spécialisée dans ce domaine et je suis tombée sur le site Dans Ma Culotte.

    Je ne vais pas vous mentir, le nom du site y est pour beaucoup dans mon choix car il m'a vraiment intriguée.

    J'y ai trouvé une large gammes de produits d'hygiène intime (tampons bio, cups, serviettes hygiéniques lavables et protèges-slips lavables).

    D'ailleurs devant tant de choix, je ne savais pas vraiment vers quel produit m'orienter, je me suis donc fiée aux conseils donnés sur le site.

    J'ai donc opté pour la discrète puisque je souhaitais plutôt un protège-slip.

    Et je dois dire que je n'ai pas regretté mon choix. J'ai vraiment senti une différence entre ce modèle et ceux que j'avais essayé précédemment. 

    L'aspect primordial étant qu'on ne le sent pas du tout, autant dire qu'il porte bien son nom ! La sensation est la même que celle du tissu de la culotte, je n'ai pas du tout eu cette sensation désagréable qui me rappelle que je porte un protège-slip. Il sait donc se faire oublier tout en faisant son job car oui l'absorption est également très bonne (pour un protège-slip évidemment).

    Ce que j'ai également apprécié quand j'ai reçu ma commande c'est qu'il y avait une notice de nettoyage qui était fournie. Ce n'est pas indispensable mais c'est une attention appréciable.

    Et pour avoir échangé à plusieurs reprises avec l'équipe du site, je peux vous assurer qu'elles sont très sympathiques et à l'écoute. Elles sont disponibles pour répondre à vos questions et ça encore une fois, tous les sites ne le font pas. 

    J'ai donc enfin trouvé LA serviette qui me convient tout en respectant ma démarche Zéro Déchet et sans aucune contrainte pour moi. 

     

    Une intimité saine et respectée

     

     

     


    votre commentaire
  • Quand le zéro déchet masque un besoin inassouvi...

    Dimanche soir, j'ai regardé le webinair de Cool Parents Make Happy Kids et Noémie de Saint-Sernin et j'ai eu comme une révélation.

    J'avais déjà pu lire beaucoup des choses qui y ont été dites, comme le fait que la colère vient de nous, d'une douleur non guérie, d'un besoin non comblé mais j'avoue que ça m'a fait énormément de bien d'entendre que si j'échouais dans la parentalité positive ce n'est pas parce que "je suis nulle" mais parce qu'il me manque des clés.

    J'ai à priori des besoins à combler avant de pouvoir combler ceux des autres et notamment de mes enfants. La peur de l'abandon, de l'échec, du rejet, des coups, toutes ces réactions qui entraînent chez moi une colère difficile à apaiser et surtout à maîtriser.

    Mais au delà de tout ça, je viens de saisir une chose importante il me semble. Je viens de réaliser pourquoi j'ai ce besoin de faire de plus en plus les choses moi-même, cette addiction à la slow cosmétique, au fait maison et à la réduction des déchets.

    C'est pourtant si évident, j'ai tout simplement les clés pour ça ! C'est quelque chose que je peux réussir par ma propre volonté seule.

    Il suffit de consommer différemment et de suivre des recettes, des recettes dans lesquelles le vécu n'entre pas en considération, dans lesquelles il n'a pas son mot à dire.

    C'est vrai, je dois être honnête, j'ai une belle collection de livres sur la parentalité positive, de ressources et de conseils. Je sais ce qu'il faut faire, ce qu'il faudrait dire, comment il faudrait réagir mais je ne sais pas l'appliquer !

    Et ce n'est pas parce que je n'en ai pas envie, car je peux vous assurer que je meurs d'envie d'entourer mes enfants de cette bienveillance et de leur éviter tout ce qui est néfaste pour eux. Mais pour reprendre l'explication de Charlotte (de CPMHK), j'ai compris tout ça avec mon cerveau mais pas avec mon cœur.

    Mon cœur est toujours celui de cette petite fille meurtrie par les coups, les insultes et les cris et c'est lui qui réagit quand la patience disparaît.

    C'est lui qui s'offusque face à un comportement qu'il estime "dangereux" car il lui rappelle des expériences vécues et c'est donc lui que je dois soigner et convaincre que cette méthode est la meilleure pour mes fils !

    J'essaie toujours de m'excuser auprès d'eux et de leur expliquer mes dérapages et je dois bien reconnaître qu'ils sont bien plus tolérants envers moi que mois envers eux. 

    Alors j'essaie de me soigner, de guérir ces blessures enfouies et de combler ces besoins, mais maintenant je sais aussi que mon besoin de "faire par moi-même" est là pour compenser ces échecs dans la bienveillance. 

    Evidemment, ce n'est pas "que" ça, je me soucie de l'environnement et de notre impact écologique, je me soucie également de la santé de ma famille et de tous les produits toxiques auxquels nous sommes exposés dans le commerce et je sais pertinemment que le fait maison est bien meilleur pour la santé. Mais maintenant je sais aussi que j'ai cette autre motivation, ce besoin de me prouver que je peux réussir ce que j'entreprends...

     


    4 commentaires
  • "Que des garçons et bien bon courage !"

     

    Je vous parle souvent des remarques que j'entends régulièrement sur le fait d'avoir des jumeaux mais il y a autre chose que j'entends régulièrement et qui a également le don de m'agacer.

    Quand les gens s'aperçoivent que nous avons 3 garçons, une fois sur deux nous avons le droit à

    "Ah que des garçons, ça doit remuer à la maison !"

    Ou "Que des garçons ? Alors bon courage !"

    Effectivement ça remue pas à la maison (et partout où on les emmène d'ailleurs !) mais est-ce vraiment parce que ce sont des garçons ?

    Et est-ce que j'aurais moins de courage et de mérite si j'avais eu 3 filles ? C'est ça que sous-entendent ces propos non ? Si tant est que l'on puisse parler de "courage" et de "mérite" quand on parle d'élever ses enfants...

    Je n'ai pas de filles donc je ne peux pas comparer personnellement mais je côtoie pas mal de petites filles et je n'ai pas l'impression qu'elles sont plus calmes que mes fils.

    Et à contrario, je rencontre également beaucoup de petits garçons qui sont plus discrets que les miens.

    D'ailleurs même parmi mes fils il y a bien 3 caractères distincts. Big Brother le rigolo, Babycool le charmeur et Babyglu le réservé.

    Je ne cherche pas à leur coller des étiquettes mais juste à démontrer que même au sein d'une famille les caractères sont différents. Alors pourquoi vouloir systématiquement associer les garçons au chahut ?

    Les enfants de manière générale sont du genre vivants, ils bougent, ils explorent, ils découvrent et donc ils remuent. Mais c'est autant valable pour les filles que pour les garçons !

    J'imagine bien que les parents qui n'ont que des filles doivent entendre le même type de remarques sexistes et surtout non fondées.

    C'est tout aussi infondé et réducteur que de dire que les garçons ne peuvent jouer qu'aux voitures et les filles à la poupée !

    Alors oui j'ai 3 garçons mais j'ai avant tout 3 ENFANTS et c'est surtout pour ça que "ça remue" beaucoup chez moi !


    votre commentaire
  • Les bouteilles d'eau en plastique sont une des premières choses que j'ai voulu supprimer en m'orientant vers le Zéro Déchet. 

    A 5 à la maison, le pack d'eau ne faisait pas long feu et les bouteilles en plastiques remplissaient à moitié la poubelle recyclable.

    C'est donc tout naturellement que j'ai investi dans une carafe filtrante. Je ne connaissais pas d'autres alternatives à l'époque et cela me semblait plutôt sain.

    Sauf que quelques temps plus tard j'ai découvert la controverse qu'il y avait autour de ces carafes. Ne m'y étant jamais intéressée auparavant, j'avoue que j'étais passée à côté de l'information. Mais je ne vais pas m'étaler là dessus car ce n'est pas le but de cet article. Pour ceux que ça intéresse vous pouvez vous renseigner ici.

    L'autre élément qui me posait problème avec ce type de carafe c'est que malgré tout, ça produit encore pas mal de déchets : l'emballage en carton de la carafe et des cartouches mais surtout le plastique qui emballe les différentes pièces de la carafe ainsi que les cartouches. 

    Concernant les cartouches il existe quelques points de collectes afin de les recycler mais pour l'instant le seul que j'ai trouvé n'acceptait qu'une marque de cartouches et manque de chance, pas la mienne !

    Hasard de la vie, quelques jours plus tard je suis tombée sur un post Facebook de Les Verts Moutons présentant des perles en céramiques filtrantes. J'avais d'ailleurs partagé le post sur ma page car cela m'intriguait.

     

    Mais comment ça marche ?

    Ces fameuses perles sont enrichies en micro organismes qui neutralisent le chlore, le calcaire et les traces d'éléments nocifs tout en enrichissant l'eau et en la rendant plus saine ! Vous pouvez avoir plus de détails ici.

    Et tout ça en à peine 30 minutes car oui il faut laisser les perles agir environ 30 minutes quand on remplit la carafe. Mais vu tout le travail qu'elles font, 30 minutes ça n'est rien du tout.

    Un autre avantage de ce produit est que son usage est illimité. Les perles ne doivent pas être remplacées, ne s'usent pas et n'agissent pas moins bien.

    Niveau zéro déchet on ne peut pas rêver mieux !

    Je les utilise maintenant depuis quelques semaines et j'ai conservé ma carafe filtrante en parallèle (il me reste 2 cartouches à finir) et je n'ai pu que constater que le goût de l'eau est différent. 

    C'est difficile à expliquer car quand on y pense ce n'est que de l'eau, mais je trouve que le goût de la carafe avec les perles est plus doux, moins prononcé. 

     

    Ces perles sont donc un vrai coup de cœur et je les recommande à tout mon entourage depuis que je les ai. C'est donc tout naturel que je vous en parle également. 

    Une eau pure et zéro déchet

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires