• Vivre avec un B.A.B.I.

    J'avais déjà entendu parler des B.A.B.I, Bébés Aux Besoins Intenses, mais je n'aurais jamais pu imaginer ce qu'impliquait la vie avec l'un d'entre eux.

    Quand les twins sont nés, j'ai tout de suite vu une énorme différence de caractère entre eux. J. était paisible et dormait beaucoup alors que S. semblait tendu et en permanence sur la défensive. Je me souviendrais toujours de son premier regard. Il était dans les bras de son père et le regardait d'un air grave, d'un air d'adulte même. Il semblait analyser la situation et calculer les risques qui l'entouraient. J'étais impressionnée de voir un si petit être avec un air si grave et pensif.

    Il faut dire que sa naissance a été plus particulière que celle de ses frères. Bien que né par voie basse, il était en siège et a littéralement été arraché de son premier foyer. Il ne voulait pas naître, il n'était pas encore prêt et ça s'est immédiatement ressenti.

    Babyglu a toujours demandé énormément d'attention et souvent au détriment de ses frères car quand il est "en crise" il faut agir rapidement. 

    Quand ça ne va pas, il se met dans un état proche de la crise de nerfs. Il ne contrôle plus vraiment ses mouvements, ses pieds frappent le sol, ses bras battent dans les airs, il hurle à en devenir écarlate et ses joues ruissellent de larmes. Il est mal, il faut agir et vite. 

    Fort heureusement, le côté "excessif" des B.A.B.I est également valable dans l'autre sens et il sait se calmer aussi rapidement qu'il s'est énervé. Il suffit que je le prenne dans mes bras pour qu'il me sourit, les yeux toujours remplis de larmes. Certains parleront de caprices mais des caprices à 10 mois, je n'y crois pas et encore moins quand on voit dans quel état de détresse il est réellement. 

    Il arrive souvent qu'il ne supporte pas d'être posé et que je sois obligée de le porter une bonne partie de la journée. Il lutte régulièrement contre le sommeil, se réveille plusieurs fois la nuit, hurle de frustration quand il ne parvient pas à faire quelque chose, se met parfois à hurler sans raison apparente, ne supporte pas d'être sale, semble sur le point de s'arracher les cheveux lors des poussées dentaires, gratte son eczéma à sang et j'en oublie sûrement.

    Je me sens souvent dépassée par ses comportements. J'ai l'impression d'être vidée de mon énergie, de ma patience, et ça se ressent sur mon comportement avec S. mais aussi avec ses frères. J'ai ce sentiment d'impuissance et de frustration qui se mêle à la culpabilité. Non seulement je n'arrive pas toujours à le calmer mais en plus, pendant ce temps, je ne m'occupe pas de ses frères puisque que S. m'accapare. Et quand il est enfin calmé, je suis tellement à plat que je n'ai même plus le courage de jouer avec ses frères. Je m'occupe alors d'eux en pilote automatique tout en déplorant de ne pas réussir à en faire plus.

    J'ai tout de même tenté de trouver des solutions. J'ai consulté une ostéopathe qui a été fort étonnée de voir un si petit bébé (il avait un peu plus d'un mois à l'époque) si tendu et si chargé au niveau du plexus solaire. Pour compléter cette séance, je suis allée voir mon homéopathe qui lui a prescrit différents traitements qui l'ont aidé à s'apaiser mais sans non plus faire de miracle. Une chose est sûre, les deux étaient d'accord et rejoignaient mon avis, S. ne voulait pas naître et le vivait très mal.

    Mon pédiatre a également constaté sa nervosité et il m'a dit que S. serait toujours "à fleur de peau". Expression que je trouve bien plus jolie que celle de l'homéopathe qui l'a rapidement qualifié de colérique et capricieux. 

    Vivre avec un B.A.B.I est une expérience épuisante, imprévisible et éprouvante mais elle a aussi de bons côtés.

    Car les B.A.B.I sont entiers dans toutes leurs réactions.  S. rit donc souvent de bon cœur pour des choses aussi simples et banales que de voir son frère monter les escaliers ! Il est fier de ce qu'il accomplit, sourit en permanence quand tout va bien, est désireux d'apprendre et ne renonce jamais.

    Vivre avec un B.A.B.I... et ses frères

    Au fond, il a juste besoin d'être rassuré en permanence...

     

     

    « Les étiquettes StiketsOrganiser la journée d'un enfant »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Août 2015 à 13:38

    waouhhhh tu as décris mon bébé A. A est exclusif et très à fleur de peau. Il s'explose la tête au sol quand il est contrarié. Parfois je me sens complètement dépasser. Comme toi il faut agir vite. J'essaye de l'accompagner dans ses colères car il a le droit d'être fâcher mais je lui dis aussi qu'il n'a pas le droit de se faire mal ou de me faire mal. A et H ne voulaient pas sortir mais ils nous ont pas laissé le choix. A est réfléchi et entier dans ses réactions. il a besoin d'être rassurer. H est cascadeur, il a confiance en lui. pourtant il a mal vécu l'accouchement et c'est lui qui était et qui est encore aujourd'hui hyper tendu et super speed. H montre moins ses émotions mais pourtant il est extrêmement sensible aussi. Je pense que leur RGO qui fut très douloureux longtemps n'a pas aidé.  

    2
    Samedi 29 Août 2015 à 13:53

    C'est sur que la colère est une émotion normale et saine mais quand il sont tout petits c'est dur de trouver une alternative pour qu'ils l'expriment. 

    Le RGO c'est une vraie tare, J. en a un qui n'est toujours pas guéri et il en a encore pour quelques mois de traitements. Je me suis souvent dit que dans un sens, heureusement que ce n'était pas S. qui avait le RGO.

    Toi avec les 2 ça a du être difficile. C'est tellement douloureux pour eux.

    3
    Samedi 29 Août 2015 à 19:37

    En alternative, j'ai tenté le coussin colère, mais c'est tellement fort qu'il n'a pas le temps de prendre le coussin. donc soit j'essaye de le distraire avec un jouet ou baby tv, si ca fonctionne pas je le met dans son canapé en restant à côté pour qu'il se calme de lui même mais sans se faire de mal et si c'est vraiment trop violent je le maintien jusqu'à ce qu'il se calme. 

    Pour le RGO de J, c'est dû à l'immaturité du clapet ou allergique au plv ? ici le Rgo était du à l'allergie au PLV. ils vomissaient des litres et j'ai fini à leur 10 mois par faire l'éviction et ils ont plus vomit et le rgo a disparu et il revient dès qu'il y a des PLV. 10 mois c'est déjà tard pour l'immaturité du clapet d'après ce que mon gastro pédiatre m'avait dit 

    4
    Samedi 29 Août 2015 à 20:35

    Ca je le fais avec mon aîné de bientôt 3 ans. Il a choisi une peluche, un loup, qu'il a le droit de frapper quand il est en colère et ça marche plutôt bien. Je ferai la même chose avec les twins quand ils seront plus grand.

    Je n'ai jamais réussi à tenir mon grand jusqu'à ce qu'il se calme, il se débat trop. Parfois, je l'envoie crier dans la salle de bain pour qu'il évacue et ça lui fait du bien, en général il revient avec le sourire.

    D'après mon pédiatre, c'est l'immaturité du clapet. Le RGO s'est aggravé à ses 3 mois et demi et depuis le lait épaissi (le même que celui de tes twins vu les boîtes que tu utilise pour les activités) et le traitement par inexium ça s'est calmé mais on voit que ça le gêne encore. Le pédiatre nous a dit qu'il restera sous traitement jusqu'à l'acquisition de la marche car la position debout lui permettra de bien tout muscler. Mais comme il a tendance à se jeter en arrière (forcément avec un reflux) il n'a jamais fait de quatre pattes et rampe. Donc là S. a acquis la position debout et on voit que J. essaie de le "rattraper" mais il n'est pas encore assez musclé pour tenir debout plus de 30 secondes. Il demande à ce qu'on le dresse mais il ne sait pas encore le faire lui-même et je ne le force pas. 

    5
    Samedi 29 Août 2015 à 22:11

    ils ne sont plus au lait AR car ils vomissent +++, ils sont au lait de riz infantile. Ca nous a changé la vie. Si j'écoutais les pédiatres, mes loulous n'étaient pas APLV et je devais juste acheter des bavoirs, alors qu'on dormait assis avec 2 bébés dans les bras tellement ils souffraient. A 8 mois ils étaient debout à cause de leur RGO, quand ils ont eu l'inexium, ils ont fait le 4 pattes et ont enfin dormi. Mes bébés grossissaient mais ne dormaient pas, ils étaient hyper cernés. Sincèrement, j'en ai eu marre de voir souffrir mes loulous donc j'ai fait l'éviction et ils ont plus vomi et n'ont plus souffert. Mais j'ai arrêté les pédiatres pour m'orienter vers un gastro pédiatre après avoir fait l'éviction. Il m'a confirmé l'allergie sinon ils font des tests car à 10 mois, le clapet est normalement remis. 

    6
    Dimanche 30 Août 2015 à 09:25

    Si ça t'intéresse j'ai un pot de lait de riz modilac (mais c'est du AR). J'en avais pris pour J. qui nous a fait une gastro qui ne passait pas mais il n'a pas voulu en boire donc il est quasiment neuf.

    Ça a du être vraiment terrible pour vous de ne pas être entendus et de voir souffrir vos loulous pendant tout ce temps là.

    Nous on a de la chance car le pédiatre est très à l'écoute et des parents et des enfants. A 3 mois et demi, J. ne grossisait plus du tout. Il restait bloqué à 3,5kg. Il prenait 20g un jour et en perdait 100 le lendemain, c'était un cauchemar. On devait le changer un nombre incalculable de fois par jours. Aujourd'hui on est loin de tout ça. Il ne régurgite presque plus, uniquement quand il a un peu plus d'acidité dans l'estomac et ça n'est plus les jets qu'il nous faisait avant. Mon pédiatre attend l'acquisition de la marche pour être sûr que tout l'intérieur soit bien musclé par mesure de sécurité. Et j'ai toute confiance en lui car il est toujours disponible et respectueux. On voit qu'il se préoccupe réellement des enfants qu'il reçoit. Il a soigné le RGO du fils d'une amie, c'est d'ailleurs moi qui lui avait recommandé car son ancienne pédiatre lui disait qu'elle se faisait des idées comme toutes les jeunes mamans ! Alors que lui, il a tout de suite détecté le reflux et l’œsophagite.  

     

    7
    Lundi 21 Septembre 2015 à 11:19

    Je n'avais jamais entendu le terme de B.A.B.I jusqu'à très récemment, je suis tombée sur la définition par hasard et j'ai tout de suite reconnu mon bébé. Ça m'a fait TILT... J'ai enfin compris pourquoi j'étais épuisée, pourquoi je ne m'en sortais pas parfois, pourquoi je culpabilisais et me donnais l'impression d'être une mauvaise mère quand je voyais mes copines s'en sortir tellement mieux avec leurs bébés tout calmes et dormeurs.

    J'ai eu souvent mal parce que j'avais le sentiment qu'on ne me comprenait pas. Je disais très souvent que mon bébé était très (trop) demandeur, très (trop) nerveux, que je ne m'en sortais pas, etc. Et les jeunes mamans de mon entourage avaient des bébés calmes qui faisaient vite leurs nuits, pleuraient seulement un peu quand nécessaire, des bébés qui restaient sagement dans leur transat à regarder le monde qui les entoure... Alors elles disaient que j'exagérais, qu'il ne devait pas être aussi difficile. Je me sentais vraiment comme la mauvaise mère trop vite débordée, l'impression d'avoir mal fait quelque chose.

    Mon accouchement a aussi été très difficile. Mon bébé est né 5 jours avant le terme, accouchement très très long, très douloureux, bébé mal placé en souffrance. A la naissance il était très mal, ne respirait pas, il a dû se battre pour vivre... Du coup dès les premiers jours tout a été difficile. Moi j'étais complètement épuisée par cet accouchement, j'ai accouché à 3h du matin et j'ai été mise en chambre vers 7h du matin, entre temps je n'ai pas pu dormir. Je n'avais pas mon bébé avec moi, j'étais en chambre double donc la personne à côté venait de se réveiller, de 7h à 11h (heure des visites et heure à laquelle ils m'ont ramené mon bébé) je n'ai pas pu dormir non plus. Première nuit blanche... d'une longue série. Première nuit très difficile, deuxième, troisième, quatrième. Tout mon séjour à la maternité mon bébé ne dormait pas la nuit, il hurlait et hurlait sans que l'on puisse le calmer.

    A 13 mois mon fils ne fait toujours pas ses nuits. Il y a quelques nuits où par miracle il ne se réveille pas mais sinon c'est couché à 21-22h et réveil entre 5 et 7h du matin avec plusieurs levers dans la nuit ou minimum 1. Bébé je ne pouvais pas le laisser ne serait-ce que 5 min dans son transat, dans son berceau. Il ne voulait que les bras. Pour l'endormir c'était pareil, possible seulement dans les bras. Il a commencé à faire des siestes vers 10 mois seulement, de courtes siestes qu'il recommence déjà à avoir beaucoup de mal à faire. Bébé on a eu le droit aux coliques couplées au RGO, autant dire que c'était encore plus difficile. J'ajoute à ça l'eczéma, de grosses poussées à la moindre contrariété et un bébé qui s'arrache la peau jusqu'au sang.

    Maintenant ce sont les crises de colères durant lesquels il détruit tout autour de lui, jette, se tape la tête par terre, nous frappe ou se frappe, hurle. Si on ne joue pas avec lui et qu'on relâche l'attention sur lui 5 min (si je cuisine, etc...) il va mettre le bordel, grimper partout, se jeter partout, faire toutes les bêtises possibles pour attirer l'attention. 

    A côté de ça il est entier, très câlin et il veut constamment apprendre - il est même très évolué. Mais moi je suis très vite épuisée et je gère très mal ce besoin constant d'attention, ces crises... Pour un premier bébé autant dire que c'est vraiment difficile. J'ai dû faire le deuil de mon accouchement que je rêvais bien plus magique et j'ai dû faire le deuil de ces premiers instants de la maternité que j'ai quand même adoré - j'aime mon fils plus que tout au monde et ne regrette rien - mais que je vis également de façon moins magique que mes amies.

    Merci pour ton article ! Je crois que je vais également en écrire un sur ma propre expérience, je trouve que l'on est pas assez informé. Personne ne m'avait jamais de cela avant que je le découvre de moi-même sur internet. :)

    8
    Lundi 21 Septembre 2015 à 19:31

    Déjà je te remercie pour ton témoignage. Ce n'est pas toujours évident d'en parler et comme tu le dis, les B.A.B.I, en plus de mettre nos nerfs à rude épreuve, ça nous fait énormément culpabiliser ! Mais si il y a bien quelque chose que j'ai appris en devenant maman c'est qu'on ne peut pas comparer des enfants, l'un n'est pas l'autre donc ce qui est valable pour l'un ne l'est pas forcément pour l'autre.

    Tes amies ont des enfants calmes et elles ont de la chance. Et je comprends tout à fait ta remise en question, je l'ai également faite (et je la fais encore !!) mais je suis certaine que tu fais le maximum pour ton fils, d'ailleurs tu as trouvé ce qu'il a, ce qu'il est, et ça en est la preuve.

    Sa naissance a été terrible autant pour lui que pour toi, as-tu pensé à l'emmener chez un ostéopathe ? J'ai emmené mes 3 fils chez une ostéo à leur naissance histoire de vérifier que tout était bien "en place". Parfois, ils ont aussi quelque chose qui s'est déplacé pendant l'accouchement et qu'un ostéo peut remettre en place. Pour un B.A.B.I ça ne fait pas de miracles (mais on ne sait jamais si il y a autre chose) mais ça peut l'apaiser pendant un temps car les ostéo peuvent "vider" le plexus solaire qui est le centre des émotions. 

    Les accès de colère sont assez impressionnants, mon B.A.B.I aussi se claque la tête par terre ou dans les murs ou se frappe quand il est en colère. Mais je te rassure, son grand frère aussi et ça n'est pas un B.A.B.I, bien que j'ai souvent eu des doutes, il est juste fort angoissé de nature. Une chose qui fonctionne avec mon aîné c'est de lui donner une peluche (ça peut être un coussin aussi) qu'il a choisi et qu'il a le droit de frapper, ou le laisser crier dans une pièce quand il en a besoin. Il n'accepte pas à tous les coups mais quand il le fait ça le calme car il expulse tout. Ton fils est encore petit mais ça peut être une piste pour plus tard.

    Et pour toi, tu as pensé à en parler à quelqu'un ? C'est un accouchement très difficile que tu as vécu et additionné d'un B.A.B.I c'est vraiment éprouvant.

    N'hésite pas si tu as besoin ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :