• À chaque fois que je sors du cabinet du psy je suis abasourdie, comme si on m'avait violemment giflée ou assommée. Cette fois n'a pas fait exception...

    Big Brother a discuté seul avec lui comme à l'accoutumée, puis il est venu nous chercher pour le compte-rendu de la consultation.

    Nous ne savons pas tout ce qui s'est dit mais nous savons l'essentiel. Et, peut-être est-ce parce que j'ai moi-même consulté plusieurs psychologues, mais ça ne me dérange pas vraiment. L'important étant que Big Brother ait pu être entendu et compris.

    Le psychologue semble toujours un peu étourdi aussi après ses entretiens avec Big Brother. Il nous a même dit qu'il avait plusieurs fois vérifié son âge durant la consultation car "ça ne collait pas avec son discours".

    Il a même ajouté qu'en près de 30 ans de carrière il n'a jamais vu un enfant comme ça. Non pas de manière péjorative mais en terme d'évolution.

    Selon lui, Big Brother a 5 ans mais il a la finesse d'analyse et la justesse d'utilisation du langage d'un adolescent, voire d'un jeune adulte. Comme si il avait justement déjà tout le vécu d'un adulte derrière lui.

    Je vous avoue m'être demandée si il n'avait pas hérité de mon lourd vécu durant ma grossesse. On transmet tellement de choses bien avant la naissance et les enfants sont de telles éponges...

    Je n'aurai jamais le fin mot de l'histoire, mais si tel est le cas, j'en suis désolée, car Big Brother ne profite pas de son enfance avec toute l'innocence dont peut faire preuve un enfant.

    Il a une innocence enfantine, il a bien entendu réellement 5 ans, d'autant plus émotionnellement. Mais cette innocence est cernée d'angoisses toutes plus profondes les unes que les autres.

    Des angoisses dites archaïques, comme la peur de l'abandon, qu'un enfant doit finir par dépasser à moins d'être "trop" intelligent pour ça. Ces angoisses sont alors intellectualisées et tournent en boucle, tel un cercle vicieux infernal.

    Quand le psychologue a demandé à Big Brother de lui parler de ses peurs, il a cité les fantômes et ajouté "Mais je ne sais pas dire pourquoi, c'est étrange."

    D'après lui, un enfant est incapable de parler comme ça avant l'adolescence au minimum, l'analyse de ses propres émotions étant un processus qui s'acquiert avec le vécu, et pas celui qu'on a après 5 courtes années passées sur terre !

    Il nous a alors conseillé de le laisser parler de ses émotions quand il nous dit qu'il n'est pas bien. Mais à la condition de pouvoir le laisser jouer seul ensuite.

    Tout simplement car le fait de parler de ses émotions va les raviver et le jeu va lui permettre de faire diversion et de refouler ses angoisses.

    Seul, car ainsi il apprendra peu à peu le refoulement et n'aura pas besoin d'un tiers pour l'orienter. Ça deviendra un automatisme pour lui.

    C'est important qu'il puisse prendre ce réflexe afin de ne pas se laisser dévorer par ses émotions. Elles ont été évacuées par la parole mais sont toujours présentes dans son esprit et si il ne se concentre pas sur quelque chose de plus gai, il ressassera et sera plus "difficile", à fleur de peau.

    C'est le même principe qu'un adulte qui va au cinéma pour se changer les idées ou qui fait le grand ménage quand ça ne va pas.

    Principe de refoulement qui s'acquiert à partir de 11 ans...

    Le but des consultations est donc de lui permettre d'acquérir ce principe bien avant ses 11 ans.

     

    Pour finir, je tiens à préciser que chaque chose que je relate ici a été dite par un professionnel, qui plus est un professionnel reconnu dans la région.

    Pourquoi cette précision ? Tout simplement parce que je n'arrive pas à me sortir de la tête le commentaire d'une personne posté  il y a environ un an sous un article de presse évoquant les enfants précoces :

    "Les enfants des blogueuses sont tous surdoués lol."

    Non les enfants de blogueuses ne sont pas tous surdoués mais c'est tout simplement parce que celles qui en ont s'exposent et ressentent le besoin d'en parler qu'on peut avoir cette impression.

    Je suis fière de mon fils et fière de son intelligence mais je peux vous assurer que j'aurais souhaité qu'il n'ait pas ce potentiel qui le ronge chaque jour. 

    J'aurais souhaité qu'il puisse profiter de son enfance en toute innocence et sans être cerné d'angoisse sur la mort à tous les sens possibles et imaginables.

    À tel point que quand il me demande pourquoi les feuilles tombent, je n'ose pas lui répondre qu'elles sont mortes mais plutôt qu'elles flétrissent. 

    Alors non ce n'est pas pour se vanter qu'on parle de son enfant à haut potentiel mais parce que ça nous fait peur tout simplement !

    Peur qu'il soit incompris dans cette société conventionnelle, peur qu'il soit en échec car il ne rentre pas dans le moule des élèves classiques, peur que ses pensées morbides prennent le dessus et finissent par le détruire, voire pire.

    Et ce genre de commentaire ne fait que prouver que la société, où la concurrence et le dénigrement font loi, n'est toujours pas prête à accepter un enfant qui sort du lot, d'une manière ou d'une autre d'ailleurs. Car c'est exactement pareil pour les enfants souffrants d'un handicap, d'autisme, de trisomie 21 ou de toute autre chose que les petits esprits si obtus considèrent "hors normes".

    La normalité n'est qu'un mot, dont la définition change d'une personne à une autre. Et pour moi la seule normalité est de pouvoir être soi, tout simplement. 

    Un si lourd potentiel

    Source photo


    votre commentaire
  • Si il y a bien une phrase que j'entends souvent et qui m'agace à chaque fois concernant Big Brother c'est celle-là, parmi d'autres dans la même veine : 

    "Olala il est dur celui-là !"

    "Quelle tête brûlée !"

    "Il veut commander !"

    "C'est un tyran !"

    "J'en ai vu des comme ça et les parents n'en venaient plus à bout !"

    "Il faut le mater tout de suite, lui montrer qui c'est le chef !"

    "Il va finir par vous taper dessus à l'adolescence avec un tel caractère !"

    Des phrases qui sont bien entendue prononcées devant lui, ces personnes doivent sûrement être du genre à dire "Vas-y saute !" à quelqu'un qui menace de se jeter d'un pont.

    Ou alors sont-elles à ce point ignorantes des émotions des enfants pour s'apercevoir que tout ça ne fait que dévoiler un mal-être qui s'accentue de jour en jour ?

    Un mal-être qui le ronge de l'intérieur et qui fait fuser des pensées qu'il n'arrive pas à maîtriser dans sa tête de petit garçon de 5 ans. 

    Des pensées qui lui donne chaque jour mal à la tête, qui le rendent agressif car il ne sait pas les stopper et qu'elles le dépassent totalement, ne lui laissant aucun répit.

    Le fameux moteur de Ferrari dans une 2cv comme nous a expliqué le psy... 

    Je déteste entendre ces critiques et ce, pour différentes raisons, la première étant bien entendu qu'elles n'ont rien de constructif et qu'elles ne font que coller une étiquette de "sale gosse" sur mon fils. N'ayons pas peur des mots, c'est bien ce que les gens pensent en disant ça ou alors le fameux "enfant roi". Mais l'un comme l'autre n'est pas flatteur.

    Ça a aussi tendance à me jeter en pleine figure mon incapacité à gérer mon enfant car c'est bien ça qui est également sous-entendu. Le "dressage" de l'enfant, tel un lion auquel on apprend à sauter dans un cerceau enflammé. Et encore, je pense que ces personnes seraient plus tolérantes avec un animal...

    Mais un enfant ça ne se dresse pas, ça s'accompagne et oui, j'ai souvent du mal à l'accompagner je le reconnais. Parce que ce petit être n'est qu'un reflet de moi-même, un reflet que j'ai encore parfois du mal à voir et que je n'ai pas encore totalement appris à gérer chez moi, alors comment pourrais-je l'aider à gérer cette facette de sa personnalité ?

    Cette angoisse permanente d'être abandonné ou rejeté, cette peur qui le fait se rendre détestable auprès des gens qu'il aime tantôt par maladresse tantôt pour avoir l'impression de maîtriser les choses.

    Si je rejette les gens, ils ne pourront pas me rejeter...

    J'ai mis des années à me rendre compte de ce mécanisme en moi, des années durant lesquelles j'ai parfois été horriblement odieuse avec des personnes qui ne me voulaient aucun mal mais qui étaient là au mauvais moment, quand j'en voulais au monde entier d'avoir vécu dans la peur, le rejet, sous les ordres, les menaces, les angoisses, les mensonges et les coups.

    Alors je leur crachais ma haine au visage afin qu'elles me laissent avant d'avoir l'occasion de me rejeter par elles-mêmes.

    Cette angoisse que j'ai probablement transmise à chacun de mes fils puisque les trois ont énormément de mal avec la séparation, notamment quand c'est moi qui les dépose à l'école ou chez la nounou. Si c'est leur père, ils ne pleurent pas.

    Je me raccroche à la théorie de la figure d'attachement mais il n'y a pas que ça...

    Big Brother me met souvent face à un miroir, il me blesse par ses propos et ses confrontations, ses oppositions, ses colères. Mais il me blesse de différentes manières, en me ramenant à ce que j'ai vécu et qui n'est pas encore totalement guéri mais aussi à cette incapacité que j'ai eu à le protéger de tout ça, à cette énorme difficulté que j'ai à le comprendre et l'accompagner au moment où il a le plus besoin de moi, quand il fulmine.

    Il réveille en moi tout ce que j'aurais souhaité lui épargner mais que j'ai dans mes bagages. Je mets en place des outils pour l'aider mais mon esprit manque encore d'adaptabilité pour les utiliser au bon moment. J'y arrive parfois, et parfois non. Mais je progresse et il sait qu'il peut en discuter avec moi.

    Et toutes ces critiques c'est un peu la même chose que ce miroir que j'ai tant de mal à regarder. Elles sont insidieuses car sous couvert de critiquer Big Brother, c'est bien évidemment moi qu'on critique, mes méthodes, mes échecs et même mes réussites.

    Ça me donne l'image de frapper un homme à terre. J'ai des difficultés avec mon fils, non pas parce que c'est un enfant difficile, mais parce que c'est un enfant tout simplement, et avec un haut potentiel, qui plus est, et ces personnes bien pensantes me montrent à quel point je suis perdue et dépourvue face à lui.

    Je leur en veux sûrement aussi de prononcer parfois certains mots qui m'échappent moi-même en période de grosse colère, des mots sur lesquels je reviens toujours auprès de Big Brother en lui expliquant pourquoi ils m'ont échappés et en m'excusant, mais des mots qui restent malgré tout.

    Et au fond, je dois sûrement leur en vouloir de ne pas savoir non plus les retenir et d'abîmer l'estime de mon fils en les prononçant, comme moi je le fais. 

    Alors je me justifie souvent en leur répondant qu'il est suivi par un psy et qu'on ne l'abandonne pas à son triste sort, qu'on ne le "laisse pas faire".

    Mais pourquoi me justifier au juste ? Ça rassure qui au fond, ces personnes ou moi ?

    Et puis c'est un mensonge finalement parce que je ne l'emmène pas chez le psy car il "est difficile" mais parce qu'il est mal dans sa peau et cette nuance est importante.

    Un enfant qu'on dit difficile est un enfant qui va mal et non pas un futur délinquant ou une cause désespérée. 

    Il est dur celui-là !

    Crédit illustration

     


    2 commentaires
  • Qui vole un oeuf...

    Source photo

    Samedi en quittant la caisse après avoir réglé les courses, je vois une petite boîte de Skittles dépasser de la poche de Big Brother.

    Je demande à Dad en Vrac si il lui a pris ces bonbons, il me dit que non. On s'éloigne de la caisse et on explique à Big Brother qu'on a vu ce qu'il avait dans sa poche et que c'est mal de voler. D'autant plus que son père avait déjà pris un paquet de bonbons.

    Je vous avoue que j'ai hésité à en rester là. Ça n'était qu'une petite boîte de bonbons après tout... Mais si je le laissais les manger c'était cautionner ce qu'il avait fait et qui sait ce qu'il aurait pu essayer de voler ensuite.

    Je ne pouvais pas non plus juste lui reprendre et sortir du magasin, la boite de bonbons dans mon sac, car c'était contradictoire. Lui dire que c'est mal mais les prendre quand même.

    Alors je l'ai emmené à l'accueil en lui expliquant qu'il allait tout simplement rendre le paquet en s'excusant auprès du magasin. Il a pleuré. Il avait peur que la dame de l'accueil appelle la police. Je l'ai rassuré en lui expliquant qu'elle n'appellerait pas la police puisqu'il rendait son butin.

    Ses larmes ont ensuite repris quand il a pensé que le Père Noël avait vu ce qu'il avait fait et qu'il ne lui apporterait pas de cadeaux. Je l'ai de nouveau rassuré en lui expliquant que le Père Noël voyait également qu'il était en train de rattraper son erreur.

    La dame de l'accueil était surprise quand je lui ai tendu le paquet et a simplement dit à Big Brother de ne pas recommencer. Elle a même été émue quand il s'est excusé en pleurant.

    Pourquoi j'ai choisi cette option ? Parce que je sais que son geste est en lien avec son mal-être. Je sais qu'il a fait ça pour qu'on s'intéresse à lui et je sais que le rabrouer n'aurait servi à rien. J'ai moi-même eu une période kleptomane au moment du divorce de mes parents. Je volais des stylos plumes avec une copine dans un magasin de ma ville. Jusqu'au jour où nous nous sommes fait prendre.

    Sa mère est venu régler nos larcins et a ensuite prévenu ma mère qui m'a juste offert une gifle monumentale, envoyant valser mes lunettes à terre. J'avais environ 12 ans et je m'en rappelle encore. Je n'ai plus jamais volé non pas parce que c'était mal mais parce que j'avais peur, parce que c'était associé à cette gifle si violente, sans que ma mère ait même cherché une explication à mon comportement.

    C'était une autre génération me direz-vous...

    Mais je ne voulais pas que Big Brother associe le vol à une punition, juste qu'il comprenne que c'est mal et qu'il ne faut pas le faire.

    Dad en Vrac lui a expliqué que des gens vendent ces produits, qu'ils engagent des frais pour les réaliser et qu'ils en perdent si on les prends sans payer. Un peu complexe mais il a compris.

    J'ai juste ajouté que l'hôtesse d'accueil qui a passé nos courses aurait pu avoir des problèmes quand ses patrons se seraient aperçu du vol.

    Je pense que Big Brother a compris et qu'il ne recommencera pas, du moins je l'espère.

    Je suis aussi contente car Dad en Vrac m'a dit que j'avais eu une bonne idée. Non pas qu'il conteste mes choix habituellement mais il ne pense peut-être tout simplement pas à me le dire, comme je n'y pense pas forcément d'ailleurs.

    Si j'en parle aujourd'hui c'est parce que cet événement m'a touchée, non pas pour le vol en question mais parce que c'est une preuve supplémentaire que mon fils va mal...

    Ça vous est déjà arrivé ? Vous avez / auriez réagi comment dans une telle situation ?


    2 commentaires
  • C'est presque devenu un rituel depuis la première rentrée de Big Brother, le rendez-vous chez le psychologue. 

    Petite Section

    La première fois, à 2 ans et demi, pour un blocage au niveau des selles. Sa super marraine nous avait alors conseillé un psychologue en nous informant que cela pouvait être un problème de précocité.

    Tous les gens autour de nous nous disaient que Big Brother parlait très bien pour son âge et savait faire des choses surprenantes, mais c'était le premier et cela ne nous paraissait pas étrange. Alors imaginer qu'il puisse être précoce, n'était pas vraiment à l'ordre du jour.

    Première rendez-vous chez le psy donc, le diagnostique tombe, "Vous savez ce qu'est un EIP ? Un Enfant Intellectuellement précoce. Il faudrait que je le revois mais votre fils a au moins 2 ans d'avance."

    Nous sommes ressortis un peu sonnés de ce premier rdv et nous y sommes retournés quelques semaines plus tard. Cette fois le diagnostique était plus précis, selon les domaines d'apprentissage Big Brother avait entre 6 mois et 2 ans et demi d'avance, et un peu de "retard" sur le dessin.

    Le psy nous a alors conseillé de surveiller sa scolarité, l'ennui étant la menace la plus importante.

     

    Moyenne Section

    A l'entrée en moyenne section, nous sommes retournés voir le psy. Big Brother, ne voulait pas retourner à l'école parlait d'ennui justement.

    Il nous a alors conseillé de le mettre dans une école privée mais celle dans la ville la plus proche ayant des tarifs assez élevés, je ne me voyais pas y mettre Big Brother et pas ses frères par la suite. Je ne pouvais pas faire une telle différence entre mes enfants. 

     

    Grande Section

    Depuis quelques temps Big Brother est assez "difficile", je n'aime pas ce terme mais je ne sais pas comment le décrire autrement.

    Il est dans une telle phase d'opposition que nous passons certains jours dans les cris quasiment toute la journée. Il n'obéit pas, ne démords pas, a toujours raison, nous menace, tape des pieds, hurle, frappe ses frères ou se frappe lui-même.

    Il dit des choses inquiétantes comme :

    "Je ne sais pas ce qui va me rendre heureux",

    "Je suis zinzin dans ma tête" (en se frappant le visage)

    "Je vais me trouver une autre famille parce qu'on ne s'entends pas" (en pleurant)

    "Je vais pas tenir le coupA."

    et j'en oublie sûrement !

    Ça fait sourire certaines personnes à qui nous en parlons "C'est marrant les expressions qu'il a. Il parle comme un adulte". Mais nous ça ne nous a jamais fait sourire. Ce ne sont pas que des mots, quelque chose ne va pas et nous sommes bien obligés d'admettre que nous ne le comprenons pas.

    D'où le retour chez le psy. Je lui avais noté tout ce qui nous inquiétait sur une feuille. Il a vu Big Brother en tête à tête, comme à chaque fois, puis est venu nous chercher pour faire le point :

    "La feuille que vous m'avez donnée... C'est normal que votre fils dise tout ça. Il ne va bien."

    Alors oui on s'en doutait, on avait bien vu qu'il n'allait pas bien mais j'avoue que ça fait quand même un choc quand ça vient d'un psy.

    Il nous a alors expliqué que Big Brother est obsédé par la mort, la violence et le sang. Il lui a fait faire le test de Rorschach et il n'y a vraiment rien de positif qui en ressort : bagarre, sang, rats, morsures, cornes, dents, feu, dragon...

    Il a dit au psy qu'il a peur qu'il arrive quelque chose à sa famille et qu'il a peur de mourir.

    D'après lui il est en plein questionnement sur "D'où viens-tu et où va-t-on ?", donc la naissance et la mort mais son développement émotionnel est incapable de gérer les angoisses qui sont liées à ce genre de questionnement.

    Pour visualiser la chose, il nous a donné l'image d'un moteur de Ferrari dans une 2CV.  

    Et puis ces mots sont tombés : "Votre fils est en plein dans un épisode anxio-dépressif". Un terme que l'on ne s'attend pas à attendre pour un enfant de bientôt 5 ans.

    Je n'ai pas pu m'empêcher de demander si c'était de notre faute, à cause des cris quand on perd patience par exemple, mais il m'a assuré que non. Ça n'en est pas moins perturbant...

    Big Brother va donc avoir un suivi pendant quelques temps afin de l'aider à canaliser ses angoisses qui s'expriment au travers de cauchemars et de questions telles que "Ça existe une boule géante qui roule sur la terre et l'écrase en détruisant tout le monde ?" et de colères incontrôlables.

    En gros, un adulte qui ne va pas bien est capable de refouler ses émotions pour faire bonne figure, mais un enfant n'en est pas capable avant l'âge de 11 ans. Il n'a donc aucun moyen de les gérer, en dehors des moments de détente qu'il arrive à s'accorder par le biais de la danse ou du chant, et du découpage concernant Big Brother.  Le psy nous a donc conseillé de le laisser tranquille dans ces moments là même si c'est l'heure du bain ou de manger, car c'est un moment de déconnexion pour lui.

    Depuis ce rdv je cherche comment aider mon fils : homéopathie, livres, astuces anti-cauchemars, filtre plus restreint des dessins animés qu'il a le droit de regarder, écoute et parole...

    Et j'attends beaucoup des prochains rdv avec le psy... 

    Votre fils ne va pas bien

    Crédit Photo

     

     


    votre commentaire
  • Bisque bisque rage, petit effronté !

    Ce soir Big Brother est chagrin, il couve une pharyngite depuis hier donc autant dire que ça n'est pas la grande forme.

    Mais il n'y a pas que ça, non je le vois bien. Il pleure et hurle de rage peu de temps après que je sois allée le chercher. 

    Et puis il a hurlé si fort que sa colère m'a touchée de plein fouet. Alors j'ai assisté à une scène qui m'a fait bouillir intérieurement.

    Face à mon fils en colère j'ai vu un homme se moquer outrageusement de lui, éclater de rire devant ce déferlement d'émotions et ne montrer aucun signe d'empathie.

    Il s'est juste contenté de mimer Big Brother en rage et de rire à gorge déployée, s'étonnant ensuite que la rage ne faisait que s'amplifier !

    J'ai donc bien évidemment eu droit au fameux "Quel caractère, ça va être difficile plus tard." 

    Et je m'en veux car je n'ai pas vraiment répondu, j'ai expliqué qu'il n'aimait pas qu'on se moque de lui et que nous ne le faisions pas à la maison mais je n'ai pas expliqué pourquoi. Je savais que c'était peine perdue.

    Et pourtant la seule chose que j'avais envie de dire c'est "Et vous vous appréciez qu'on se moque de vous de la sorte ?! Non ! Alors pourquoi exiger d'un enfant de 4 ans et demi qu'il fasse preuve d'auto-dérision alors qu'il ne sait même pas ce que ça signifie ! Alors que la seule chose que vous faites c'est de nier ses émotions !"

    Mais je n'ai pas voulu me battre contre des moulins à vent...

    Le point positif dans tout ça c'est que j'ai encore eu la preuve que le dialogue est la clé.

    J'ai discuté avec Big Brother en lui expliquant que ses propos n'étaient pas corrects (il a crié "T'es le plus méchant ! T'es le plus vilain !" et j'en passe) et qu'il n'aurait pas dû hurler de la sorte en dehors de la maison. (À la maison je l'incite à hurler un bon coup quand ça ne va pas.)

    Mais je lui ai surtout dit que je comprenais qu'il n'ait pas apprécié ces moqueries et que, moi-même je n'avais pas aimé. Et j'en ai profité pour lui rappeler de dire les choses avec des mots plutôt qu'avec des cris afin de se faire comprendre plus facilement.

    La discussion n'a duré que quelques minutes mais ces instants d'écoute lui ont suffit à retrouver son calme. 

    Sa colère et sa douleur avaient été reconnues, il n'en demandait pas plus... 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique