• Never say never

    Je vous avais promis que je vous expliquerais l'origine du surnom de Babyfae donc en voici l'histoire.

    Tout commence en 2011 quand le désir d'enfant se fait sentir. Je profite d'une visite chez ma gynéco pour lui en parler, en lui expliquant que la machine ne semble pas vouloir se mettre en route. J'avais juste envie d'être rassurée.

    Ce que je ne savais pas c'est que, ma gynéco étant spécialiste en PMA, elle a tout de suite eu le réflexe de nous faire passer des examens. Elle ne s'inquiétait pas mais pour elle, ça évitait d'attendre trop longtemps en cas de souci.

    J'ai accepté, ne sachant pas trop ce que Dad en Vrac en penserait mais il a joué le jeu, sachant que cela me rassurerait.

    Le temps de faire les examens et de recevoir les résultats, ma gynéco est en congés. Dad en Vrac est encore au travail, c'est donc seule que j'ouvre l'enveloppe et que je fonds en larmes. Je ne comprends pas tout mais j'en saisis suffisamment pour comprendre que ça n'est pas très positif. 

    J'appelle mon médecin pour confirmation, n'étant pas spécialiste il m'oriente très rapidement vers un gynécologue spécialisé en PMA, histoire de ne pas rester dans le flou en attendant le retour de ma gynéco.

    Je me rends donc au RDV que j'ai eu très rapidement et je rencontre le fameux docteur P., un nom que je n'oublierai jamais, une rencontre que je n'oublierai jamais.

    Je pensais naïvement qu'une personne qui aidait les couples à avoir des enfants devait avoir un bon fond, devait être profondément humaine et empathique. Mais je me suis retrouvée face à la vérité crue et sans pincettes "Ah mais vous n'aurez jamais d'enfants naturellement, il faut vous faire une raison."

    Il m'a ensuite parlé de passer le dossier en commission, commission qui ne serait pas avant janvier car nous étions en septembre et il était trop tard pour nous inscrire dans la cession de ce mois. 

    Inutile de vous préciser que je suis ressortie de son cabinet anéantie et en larmes, j'ai marché tout le long du retour en pleurant au téléphone avec une amie, qui ne devait d'ailleurs pas comprendre grand chose à ce que je disais entres deux sanglots. 

    Quelques jours plus tard, je reçois un appel de ma gynéco qui me fixe rdv pour parler procédure. Je sens les larmes monter en repensant à la commission quand elle me dit "Mais vous êtes déjà inscrits pour la commission de septembre, je l'ai fait dès que j'ai eu les résultats ne vous inquiétez pas."

    Je ne m'étais peut-être pas trompée alors, il y avait bien des personnes humaines et empathiques dans ce milieu.

    Je vous passe les détails de la procédure en question, je n'en parle jamais ou très peu, car contrairement à beaucoup de témoignages que j'ai pu lire, je ne l'ai pas mal vécu. Outre le choc de l'annonce, bien évidemment.

    Mais je n'ai pas mal vécu le traitement ni les différentes étapes, j'étais même heureuse de vivre à une époque où la médecine avait fait de tels progrès pour pouvoir nous proposer cette solution. 

    Evidemment, je pense que la prise en charge très rapide par ma gynéco et le fait que nos deux tentatives se soient avérées positives du premier coup, m'ont aidé à relativiser cette situation.

    Je sais que malheureusement pour beaucoup c'est un combat de plusieurs années, rythmé par les fausses joies et les déceptions, et je m'estime chanceuse de ne pas avoir vécu toute cette partie. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles j'évoque rarement le sujet, je me sens en décalage avec les autres autres personnes qui sont passées par là.

     

    Après la naissance des Twinnies, j'ai mis un stérilet par sécurité, bien que "nous n'aurions jamais d'enfants naturellement", ce que les 2 ans entre la naissance de Big Brother et de ses frères nous avait confirmés. 

    Mais ne le supportant pas, je l'ai fait enlever au bout de quelques mois afin de le remplacer par un implant. Implant que j'ai également eu du mal à supporter et que j'ai fini par enlever en janvier 2018.

    J'avais du mal à me faire à l'idée d'avoir un corps étranger en moi, d'autant plus avec tout ce qu'on entend sur les contraceptifs actuels. Je ne voulais pas repartir non plus sur une pilule, je voulais en finir avec toutes ces cochonneries et "profiter" de mon incapacité à avoir des enfants naturellement.

    Mon corps a tout de suite repris des cycles réguliers, mais fin mars, soit environ 3 mois plus tard, un retard se fait sentir. J'avais déjà eu le tour en changeant de contraceptif, ça ne m'a donc pas inquiétée. Il faut parfois du temps pour que le corps se remette complètement.

    Sont ensuite apparues des difficultés pour digérer, une fatigue un peu plus importante et, l'indice qui m'a décider à faire un test de grossesse, un odorat de nouveau hypersensible. Et pourtant, je n'y croyais toujours pas puisque ça n'était pas possible, ce cher médecin me l'avait tant fait comprendre. Mais je pensas qu'en voyant un test négatif mon corps se remettrait en route. J'avais souvent eu le tour quand j'essayais de tomber enceinte. 

    Mais là, surprise, le test s'est avéré positif et presque instantanément. J'ai eu du mal à le croire et je suis allée consulter mon médecin pour faire une prise de sang, qui a bien confirmé que j'étais enceinte d'un mois environ.

    La surprise passée, je vous avoue avoir eu envie d'aller voir ce gynécologue si peu empathique pour lui montrer à quel point il avait tort. Pour lui montrer que sa phrase prononcée en 2011 n'a jamais été oubliée et lui rappeler que le corps est imprévisible et qu'il ferait mieux de peser ses mots face à ses patients.

    Alors, vous l'aurez compris, Babyfae n'était pas prévu, nous avions toujours dit que nous aurions un ou deux enfants et ça devait s'arrêter là. La vie ayant décidé à notre place que nous ne passerions pas par la case "2 enfants".

    Mais pour rien au monde, je ne le considère comme un accident ou une erreur. Mais plutôt comme une belle surprise, une revanche, un cadeau du ciel, du destin ou de je ne sais qui, quoi ou qu'est-ce. Je sais juste que ce petit être a défié les lois de la nature, ou plutôt les a de nouveau appliquées pour nous, pour nous prouver que rien n'est impossible.

    Après avoir accouché de Big Brother, j'ai souvent entendu "Une fois que la machine est lancée, on peut s'attendre à tout", une phrase que je n'aimais pas vraiment, d'autant moins en voyant qu'elle s'était avérée inexacte pour la naissance des Twinnies. Mais Babyfae a finalement décidé de nous prouver le contraire et de nous montrer que rien n'est impossible, que rien n'est figé et que la vie prend toujours le dessus.

    Voilà pourquoi il a hérité de ce surnom d'un petit être magique, un petit être qui aura invité la magie dans nos vies avant même de nous montrer le bout de son nez. 

    Never say never

     

     

    « Quand le repas est un casse-têteBabyfae se dévoile... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :