• La violence ordinaire

     

    Mes collègues et moi n'avons pas la même notion de l'éducation, ce que je conçois tout à fait et que je respecte. Malheureusement ça n'est pas réciproque.

    Quand je parle d'éviter le coin et les coups et d'écouter les besoins de mes enfants, je passe pour un OVNI. Ça m'arrive d'ailleurs également en dehors du travail.

    Mais hier encore j'ai été témoin de la violence ordinaire. Celle qui me fait quitter la pièce pour éviter de sortir de mes gonds.

    Pour certaines il est inconcevable de frapper sur un animal pour l'éduquer mais pas sur un enfant ! 

    "Quand ils ne comprennent pas ça ne leur fait pas de mal". 

    C'est bien connu, les coups ça aide à faire rentrer les règles et ça apprend le respect !

    Dans le même style, un collègue m'a déjà affirmé que quand il punit son fils, si il ne pleure pas c'est qu'il n'a pas compris. 

    Donc les larmes aussi ça favorise l'apprentissage apparemment.

    C'est ce même collègue qui a laissé son fils seul dans la maison, le temps d'aller retirer de l'argent, pour le punir d'avoir refusé de se préparer. Et qui a bien ri en le retrouvant angoissé à son retour.

    La peur est donc également une excellente méthode d'éducation !

    Je n'ai pas besoin de vous dire qu'ils sont tous profondément choqués par les enfants que l'on voit dans Super Nanny et que "si ça avait été les [leurs], ils se seraient pris une claque depuis longtemps !"

    Je ne suis pas fan de l'émission et ne cherche ni à la défendre ni à la descendre. 

    Ce qui me met hors de moi c'est d'entendre chaque jour que la solution c'est les coups.

    Comment peut-on être persuadé que frapper un enfant est pédagogique ? 

    Comment peut-on ne pas se rendre compte qu'un coup a un impact psychologique ? Que ça n'est pas qu'un coup mais que ça blesse également l'estime de l'enfant. Non seulement la sienne mais aussi celle qu'il a de ses parents.

    Comment peut-on ne pas réaliser que ce type d'éducation est destructeur ?

    Et je ne parle pas là d'une fessée donnée sur un coup de colère quand on est à bout de patience. Je parle des coups qui sont réfléchis, qui sont "éducatifs" et qui  n'occasionnent aucune remise en question de la part du parent.

    Je ne suis pas une maman parfaite et je ne veux condamner personne mais il me semble que l'écoute de l'enfant est essentielle.

    Et écouter les besoins de l'enfant ce n'est pas en faire un enfant roi mais un enfant respecté et respectueux.

    La violence ordinaire

    Crédit photo La Louverie / MuneenArt 

     

    « Galaxie dans un bocal DIYMon grand petit garçon »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :