• Idéaux VS réalité

    Les multipares le savent, il est souvent difficile de partager équitablement son temps entre ses enfants. J'ai beau faire de mon mieux (du moins j'essaye !), ce sentiment d'en délaisser un et / ou d'en privilégier un autre revient sans cesse me questionner. 

    Au moment de penser à avoir un deuxième enfant, je n'arrêtais pas de me dire qu'il me serait impossible d'en aimer un autre autant que j'aime Big Brother. C'était trop fort et je doutais que cela puisse se multiplier. Alors quand j'ai su qu'il n'aurait pas un mais deux petits frères la peur s'est accentuée. Cet amour ne serait pas divisé par 2 mais par 3 !

    Au fil de ma grossesse j'ai réalisé que bien évidemment, j'aimais déjà ces bébés à naître et que mon amour pour Big Brother n'en était pas diminué. J'étais donc rassurée... jusqu'à la naissance.

    Une fois que Babycool et Babyglu sont nés, je me suis immédiatement aperçue que je ne pouvais pas répartir mon temps équitablement entre eux. Déjà à la maternité, équilibrer mon temps entre les deux relevait du défi, alors à la maison avec les 3 c'était impensable ! Et ça, ce fut une sacrée claque pour mes idéaux de maman. 

    Avant d'être maman, et même après être devenue la maman d'un seul enfant, je m'étais toujours dit que ce que je faisais pour l'un, je le ferais pour l'autre. Mais j'ai rapidement été rattrapée par la réalité. C'était tout bonnement impossible, non pas parce que je ne pouvais ou ne voulais pas le faire, mais tout simplement car mes fils n'avaient pas les mêmes besoins. Ce qui convenait donc à l'un, n'était pas adapté à l'autre et vice versa. 

    Ça me semble être une évidence aujourd'hui, mais j'ai pourtant mis de longs mois à m'en rendre compte et surtout à l'accepter. Je vivais dans cet idéal que je m'étais fixé et qui ne représentait en rien la réalité. Je me persuadais qu'en ayant trois enfants, je devais accorder autant de mon temps à chacun et au final je vivais dans l'impuissance et la frustration. Je perdais pieds, je ne me retrouvais pas et je culpabilisais en permanence. J'étais donc écrasée par une immense pression que je me mettais moi-même.

    Et puis, j'ai rencontré une spécialiste, j'ai discuté avec elle, avec des amies, des mamans et j'ai fini par accepter que ma vision était erronée et j'ai donc pu la corriger.

    Mes enfants sont trois petits bonhommes adorables aux besoins différents, aux demandes différentes et répondre à ces besoins ne consiste pas à me diviser en trois mais à m'adapter à eux. J'étais la seule à tenter vainement de calculer le temps passé avec chacun. En réalité, ils demandent juste à ce que je réponde à leurs demandes, peu importe si ça dure 1 heure avec l'un et 10 minutes avec l'autre tant qu'ils sont comblés.

    Ça reste difficile quand les demandes se chevauchent mais je fais de mon mieux et aujourd'hui je sais qu'ils le savent. La frustration et l'impuissance sont encore là dans ces moments mais avec, heureusement, moins de pression.

    Mais quand je vois ces moments, je me dis que je ne m'en sors pas si mal ^^

    Idéaux VS réalité

    « Des gens biensBouteille de retour au calme DIY »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :