• Burn Out or Not Burn Out ?

    Je suis à bout. De nerf, de patience, de force... Je pleure quand mon médecin me demande si ça va, comme si j'étais incapable de lui mentir alors que je réponds toujours poliment "oui" devant toute autre personne. 

    Et quand je commence à pleurer, j'ai l'impression que les larmes appellent les larmes et que je ne m'arrêterai jamais. Les larmes sont d'habitude apaisantes mais là non. Elles sont juste intarissables.

    Je n'ai dormi que quelques heures cette nuit, et pas plus d'1h30 d'affilé. S. est perturbé par ma reprise du travail et hurle quasiment toute la nuit depuis quelques jours. Je le berce, lui redonne un biberon, l'installe à côté de moi, change sa couche, lui remet sa tétine... Il se calme à peine quelques instants et recommence. A tel point qu'il a réveillé ses deux frères.

    P. est d'ailleurs également fort perturbé par cette première rentrée et peine à s'endormir. Il se réveille plusieurs fois la nuit, me demande où j'ai passé ma journée.

    Seul J. l'imperturbable, le bébé qui s'adapte à tout, n'a pas changé.

    Et moi je ne sais pas. Je les observe, je m'occupe d'eux, des démarches pour la maison et la prochaine, des cartons pour le déménagement, je travaille. Mais j'ai cette drôle d'impression de n'être que spectatrice de ma vie, de tout voir, tout faire, mais sans aucune réflexion, tel un robot. Je marche à l'instinct, au radar, sans trop savoir comment je tiens.

    D'ailleurs est-ce que je tiens vraiment ? Ma patience diminue, voire disparaît. Je pleure pour un rien, je rêve de passer une semaine totalement seule et déconnectée de tout.

    Je n'arrive plus à écouter réellement les futilités des autres, ni leurs problèmes. Je suis là sans être là. Mon esprit semble s'être finalement déconnecté sauf que je dois continuer à tout gérer parce qu'au final, je suis toujours là moi. Enfin, la partie physique est toujours là.

    Au fond, je ne suis plus moi. Mon optimisme à disparu avec ma capacité à trouver un avantage à chaque situation. J'ai la tête sous l'eau et je culpabilise. Quelle mère peut se laisser sombrer ainsi avec 3 enfants de 11 mois et 35 mois ?

    J'ai beau savoir que le burn-out existe mais c'est chez les autres, pas chez moi. Moi je suis juste une mère épuisée qui n'a pas fait de vraie nuit complète depuis 35 mois. Mes "nuits complètes" se résument à un ou deux réveils dans la nuit et c'est déjà une victoire, une chance.

    Le manque de sommeil, le pire ennemi des parents, une torture. Et pourtant, je ne suis pas une grosse dormeuse donc ça n'est pas grave. C'est ce que je dis mais mon corps semble penser différemment. Mon dos me fait souffrir, ma tête va exploser, les acouphènes me rendent folle.

    Mais ce n'est pas ça le burn-out. C'est pire et je ne peux pas m'auto-proclamer en burn-out, je ne suis pas médecin.

    Je ne me reconnais pas mais ça vient de moi. J'ai peut-être tout simplement changé. Mais si c'est le cas, je n'aime pas cette personne et je l'aime de moins en moins.

    Je cherche un appui mais quand je regarde autour de moi il n'y a personne. Les ruptures familiales ça isole et ça empêche de s'attacher aux autres. Pourquoi prendre le risque de s'attacher si c'est pour être déçue, abandonnée de nouveau ?

    Et de toute façon, je suis incapable de déléguer. C'est probablement lié d'ailleurs. Au moins, je sais comment sont faites les choses quand c'est moi qui les gère.

    Mais au fond de moi, je souhaite tellement entendre d'une personne que ce que je fais c'est bien, que je gère justement, que je m'en sors. Et non pas que je ne travaille pas assez, que ses journées sont plus épuisantes que les miennes, que je suis "la mère parfaite" et que "j'ai tous les droits" à cause de mon vécu, sur un ton tellement ironique et dédaigneux que j'ai juste envie de tout plaquer, d'abandonner, de lâcher prise.

    Me noyer pour de bon et ne plus souffrir, ne plus culpabiliser de ne pas être la mère que je souhaiterais.

    Mais je ne peux pas, je ne peux pas abandonner mes enfants. Ils ont besoin de moi, probablement dans un meilleur état mais ça n'est pas possible pour le moment. Je n'y arrive pas, je n'y arrive plus.

    Je m'excuse par avance pour ce pavé mais j'en avais besoin. Ça ne changera probablement rien mais ça m'a soulagée quelques instants. 

    Burn Out or Not Burn Out ?

     

     

    « Run baby, runMaman en apprentissage #2 »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 11:26

    Quand je lis : " Quelle mère peut se laisser sombrer ainsi avec 3 enfants de 11 mois et 35 mois ?", j'ai envie de te répondre que n'importe quelle mère risque de sombrer. Avec un enfant c'est déjà possible (la privation de sommeil est terrible pour les nerfs), mais avec 3 enfants, rapprochés de surcroit c'est un risque encore plus important !

    Ne culpabilise pas de ta situation car même si tu as l'impression de craquer, tu t'en rends compte et c'est déjà un premier pas ! Si j'ai un conseil à te donner c'est de te libérer un peu de temps pour toi. Confie les enfants à ton mari le week-end ou laisse-les chez la nounou une heure de plus une fois par semaine et va à la piscine, boire un verre, lire un magazine ou regarder un truc débile à la télé (ou écrire un article pour ton blog^^). N'importe quoi du moment que cela te fait plaisir et te vide la tête ! Cela ne fera pas de miracle, mais petit à petit tu penseras un peu plus à toi. Et n'hésite pas à en parler à ton médecin.

    Courage, et n'oublie pas que ça n'est pas une honte pour une maman d'être fatiguée.

    2
    Samedi 12 Septembre 2015 à 09:02

    Merci beaucoup pour ton message. Ça fait du bien à lire dans un moment pareil. 

    3
    Lundi 21 Septembre 2015 à 10:50

    Je t'admire vraiment beaucoup, moi je me suis facilement laissée submerger et j'ai parfois eu l'impression d'être au bout de la ligne "Burn out" avec un bébé de 13 mois... alors je n'imagine pas pour toi. Et je me sens un peu nulle à côté ! Aha. En tant que mère on vit toujours des moments difficiles et il y a pleins de petites choses qui s'ajoutent... et s'ajoutent... et s'ajoutent. 

    J'espère que tout ira mieux pour toi. Tu ne peux pas essayer d'avoir une journée détente rien que pour toi et laisser les enfants ? Je sais que c'est dur, mais ça fait tellement bien.

    4
    Lundi 21 Septembre 2015 à 19:40

    Je te remercie mais je ne mérite aucune admiration. Et surtout il ne faut pas te sentir nulle, être maman c'est fatiguant et éprouvant qu'on ait un ou plusieurs enfants. Et avec un B.A.B.I je sais très bien ce que tu traverse et c'est tout à fait normal d'être dans cet état. Ils sont usants nos B.A.B.I !

    En ce moment c'est difficile d'avoir une journée pour moi, on déménage samedi et on est en plein dans les travaux depuis quelques temps du coup. Mais après je prendrai le temps de souffler. J'ai enfin appris à déculpabiliser quand je prends du temps pour moi ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :